Ecoutez Radio Sputnik
    Plateau de l'Assekrem, dans l'extrême sud de l'Algérie (image d'illustration)

    Des heurts à Alger entre policiers et manifestants opposés au 5e mandat de Bouteflika

    CC BY-SA 3.0 / Arche Caracalla / Plateau de l'Assekrem, dans l'extrême sud de l'Algérie.
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)
    7521

    Des heurts ont éclaté vendredi à Alger entre les forces de l’ordre et des centaines de manifestants sortis dans les rues de la capitale en signe d’opposition au 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika.

    Lors d’un défilé qui se déroule ce vendredi 22 février dans la capitale algérienne, des heurts se sont produits entre la police et des centaines de manifestants protestant contre un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

    Sur une vidéo mise en ligne, on voit que la police a eu recours à des canons à eau contre les manifestants. En outre, sur les réseaux sociaux, on fait état de recours au gaz lacrymogène.

    Âgé de 81 ans, Abdelaziz Bouteflika est à la tête de l'Algérie depuis 1999. Il est candidat à sa propre succession pour un 5e mandat.

    D'après une liste provisoire arrêtée par le ministère algérien de l'Intérieur au 29 janvier, 139 lettres d'intention de candidature ont été déposées en vue de la présidentielle. Parmi les postulants figurent 13 chefs de partis politiques et 126 prétendants indépendants. La date limite du dépôt des dossiers de candidature est fixée au 3 mars 2019 à minuit.

    Suite à l'annonce de la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à sa propre succession à l'élection présidentielle du 18 avril 2019, des manifestations populaires dénonçant cette candidature ont eu lieu dans plusieurs villes d'Algérie. Dans le même but, deux marches nationales sont annoncées pour les 22 et 24 février. Réagissant à ces appels, le Front de libération nationale (FLN) a décidé de contre-attaquer en appelant ses militants à une contre-manifestation en faveur du Président sortant, prévue pour le 22 février.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    élection présidentielle, émeutes, manifestation, police, Abdelaziz Bouteflika, Alger, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik