International
URL courte
20804
S'abonner

Le commandement stratégique de l'armée vénézuélienne a ordonné le déploiement d'une force opérationnelle à la frontière avec la Colombie voisine «pour protéger la paix et la sécurité» du pays.

Le commandement stratégique de l'armée vénézuélienne a annoncé sur son fil Twitter avoir ordonné le déploiement des forces opérationnelles à la frontière colombienne «pour protéger la paix et la sécurité».

Pour sa part, l'agence Reuters qui se réfère à des sources sur le terrain indique que les forces armées vénézuéliennes ont employé des gaz lacrymogènes pour disperser deux centaines de protestataires qui s'étaient réunis à la frontière avec la Colombie voisine. Ces informations ont été également relatées par le député d'opposition Conrado Perez.

Le Président vénézuélien Nicolas Maduro avait auparavant annoncé la fermeture de la frontière avec le Brésil et menacé de fermer la frontière colombienne pour empêcher la livraison d'aide humanitaire dans son pays de peur que les convois ne facilitent l'incursion d'éléments armés étrangers.

Le chef de file d'opposition Juan Guaido, qui s'est proclamé le mois dernier Président par intérim, avait promis la semaine dernière devant une foule de ses partisans à Caracas qu'un premier convoi d'aide entrerait au Venezuela le 23 février.

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
gaz lacrymogènes, crise, frontière, police, aide humanitaire, Juan Guaido, Nicolas Maduro, Colombie, Venezuela, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook