Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestations au Venezuela

    Dominique de Villepin met en garde contre une intervention militaire au Venezuela

    © Sputnik . Leo Alvares
    International
    URL courte
    391542

    Le peuple vénézuélien fait preuve d'une «immense allergie vis-à-vis de toute interférence américaine», prévient l'ex-chef du gouvernement français Dominique de Villepin.

    Une intervention militaire extérieure dans la crise qui embrase le Venezuela serait catastrophique, estime l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, qui a vécu dans ce pays d'Amérique latine.

    S'exprimant sur les ondes de France Inter, l'ex-chef du gouvernement français a reproché au Président des États-Unis, Donald Trump, de «jouer avec les mots et avec le feu» face à la situation qui s'était créée au Venezuela:

    «Je connais l'immense allergie du peuple vénézuélien vis-à-vis de toute interférence américaine. C'est le pays d'Amérique latine qui est le plus marqué de ce point de vue-là. Donc ce serait une grande erreur», a déclaré M.de Villepin.

    Bien que les soutiens du Président Nicolas Maduro «se fassent de moins en moins nombreux», ce dernier «tient néanmoins l'armée qui le soutient encore massivement», ainsi qu'«une partie de la population et des groupes paramilitaires importants», explique l'ex-Premier ministre.

    Toujours d'après lui, les pays européens, parmi lesquels la France, doivent assurer une médiation entre les parties vénézuéliennes.

    «Nous devons éviter la logique de confrontation, comme on l'a vu à la frontière entre la Colombie et le Venezuela à Cúcuta avec des morts et des centaines de blessés», a-t-il souligné.

    Lire aussi:

    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    médiation, crise, ingérence, intervention, confrontation, Donald Trump, Dominique de Villepin, Nicolas Maduro, Venezuela, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik