Ecoutez Radio Sputnik
    Des manifestations des opposants au 5e mandat de Bouteflika à Alger le 1er mars

    Alger: un mort lors des manifestations des opposants au 5e mandat de Bouteflika (images)

    © REUTERS / RAMZI BOUDINA
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (52)
    14021

    Sitôt la prière du vendredi finie, des milliers de manifestants algériens sont descendus dans les rues afin de s’opposer à un potentiel 5e mandat du Président Bouteflika. Avec pour résultat la mort d’une personne âgée, causée par les heurts entre la police et les manifestants.

    Une personne est décédée vendredi à Alger au cours des heurts opposant des dizaines de manifestants à la police. Selon la chaîne al-Arabiya, la victime était une personne âgée.

    D'après la police, citée par la télévision nationale, 56 policiers ont également été blessés, de même que sept manifestants.

    La police a procédé dans la journée à 45 arrestations, incluant cinq personnes qui avaient tenté d'entrer dans l'hôtel El Djazaïr, a ajouté la télévision en citant un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), laquelle chapeaute les différents services de la police algérienne.

    Des affrontements ont eu lieu le 1er mars dans la capitale algérienne, après les prières du vendredi, pendant une manifestation réunissant des opposants au 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika, à moins de trois jours de la date limite pour son dépôt de candidature.

    Selon des sources sécuritaires, certains manifestants sont parvenus à entrer dans l'enceinte de l'hôtel et ont vandalisé des voitures sur le parking.

    Sur l'avenue adjacente, les vitrines de quelques boutiques ont été brisées, une agence bancaire et une voiture incendiées, a constaté une journaliste de l'AFP, après que la police a réussi à disperser les jeunes manifestants à l'aide de grenades lacrymogènes.

    D'autres affrontements entre policiers et protestataires ont eu lieu en fin de journée sur la Place du 1er-Mai, dans le centre-ville, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

    Abdelaziz Bouteflika, 82 ans et victime d'un AVC en 2013, au pouvoir depuis 1999, a annoncé le 10 février qu'il se présenterait pour un 5e mandat.

    Suite à l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle du 18 avril 2019, des manifestations populaires la dénonçant ont eu lieu dans plusieurs villes d'Algérie. Dans le même but, deux marches nationales se sont déroulées les 22 et 24 février. En réponse, le Front de libération nationale (FLN) a décidé d'appeler ses militants à une contre-manifestation en faveur du Président sortant, laquelle s'est tenue le 22 février.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (52)

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    «C’est une réforme pour la précarité»: la bourde de la ministre du Travail
    Tags:
    émeutes, morts, manifestation, Abdelaziz Bouteflika, Alger
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik