Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Venezuela: «l'incitation et l'influence extérieure», contraires au processus démocratique

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    6351
    S'abonner

    Lors d’une conversation téléphonique avec Mike Pompeo, Sergueï Lavrov a condamné les menaces de Washington à l’égard des autorités vénézuéliennes et a souligné que l’incitation et l’influence extérieure ne rimaient pas avec processus démocratique, selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

    Ce samedi 2 mars, le ministre russe des Affaires étrangères s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire d’État américain pour aborder la situation du Venezuela, a annoncé la diplomatie russe dans un communiqué. Lors de la discussion, M.Lavrov a soulevé la question d’une ingérence dans les affaires de cet État latino-américain.

    «L'incitation et l'influence extérieure destructrice, et même sous le prétexte hypocrite de fournir une aide humanitaire, n'ont rien à voir avec le processus démocratique», a notamment déclaré le diplomate russe.

    Il a également dénoncé les menaces de Washington à l'égard des autorités légitimes de ce pays.

    «Lavrov a condamné les menaces américaines à l'encontre de son [du Venezuela, ndlr] gouvernement légitime, ce qui est une ingérence flagrante dans les affaires d'un État souverain et une grave violation du droit international», annonce le document.

    «En ce qui concerne la proposition de Washington de tenir des consultations bilatérales sur les questions vénézuéliennes, il est indiqué que nous sommes prêts à cela, mais nous devons suivre strictement les principes de la Charte des Nations unies, car seuls les Vénézuéliens ont le droit de déterminer leur avenir», précise aussi le communiqué.

    Selon le ministère russe, la conversation téléphonique a eu lieu à l'initiative de la partie américaine.

    Auparavant, Nicolas Maduro a dit être opposé à l'entrée dans le pays d'une aide humanitaire américaine qu'il qualifie de «show politique» et de «piège attrape-nigaud». Pour le gouvernement actuel, ce n'est qu'une étape avant une intervention militaire américaine.

    La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu comme «Président par intérim».

    Une cinquantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme «Président en charge». Le Président Nicolas Maduro a qualifié Juan Guaido de pantin des États-Unis. Des pays tels que la Chine, la Russie, la Turquie ou le Mexique ont quant à eux apporté leur soutien au gouvernement en place.

    Tags:
    intervention, démocratie, aide humanitaire, Nicolas Maduro, Mike Pompeo, Sergueï Lavrov, États-Unis, Venezuela, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik