Ecoutez Radio Sputnik
    MH370

    Disparition du MH370: la Malaisie prête à entamer de nouvelles recherches, 5 ans plus tard

    © AP Photo / Wong Maye-E
    International
    URL courte
    341

    Le 8 mars 2014, le Boeing 777 avait disparu des écrans radars, peu après avoir décollé de la capitale malaisienne en direction de Pékin. Près de cinq ans plus tard, les autorités malaisiennes ont annoncé vouloir financer de nouvelles recherches.

    L'espoir de retrouver le vol MH370 n'a jamais été abandonné, même près de cinq ans plus tard. Alors que les familles des passagers du vol se mobilisent cette semaine à l'occasion du cinquième anniversaire de sa disparition, le gouvernement malaisien s'est déclaré prêt à financer de nouvelles recherches.

    Kuala Lumpur a annoncé dimanche 3 mars vouloir payer des entreprises privées afin de localiser l'avion de la Malaysia Airlines.

    Le vol 370 de la compagnie aérienne Malaysia Airlines, un Boeing 777 devant relier Kuala Lumpur à Pékin le 8 mars 2014, a disparu dans l'océan Indien avec à son bord 239 personnes, dont quatre Français.

    Le ministre malaisien des Transports a auparavant déclaré de son côté qu'il était convaincu que les nouvelles technologies pourraient aider à trouver le MH370.

    Plusieurs débris de l'engin ont depuis été retrouvés à La Réunion en juillet 2015, puis au Mozambique en mars suivant. Pourtant, son épave reste introuvable. La Malaisie a déjà déboursé près de 116 millions de dollars pour tenter de le retrouver. La disparition du vol MH370 est considérée comme l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile.

     

    Lire aussi:

    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Tags:
    MH370, disparition, Pékin, Kuala Lumpur, Chine, Malaisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik