Ecoutez Radio Sputnik
    Carlos Ghosn

    Combien Carlos Ghosn a-t-il payé pour sa remise en liberté?

    © AP Photo / Itsuo Inouye
    International
    URL courte
    7713

    Après une centaine de jours en prison, Carlos Ghosn a finalement obtenu sa remise en liberté. L’avocat de l’homme d’affaires a payé mercredi sa caution d’un milliard de yens (7,9 millions d'euros), a annoncé mercredi matin le tribunal du district de Tokyo, ce qui ouvre la voie à la libération imminente de l'ancien dirigeant de Nissan et Renault.

    Le tribunal de la capitale japonaise a accepté mardi la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn, moyennant le versement d'un milliard de yens (plus de 7,9 millions d'euros).

    Son avocat a déposé cette somme au tribunal mercredi dans la matinée, déclenchant ainsi la procédure de libération de l'ex-PDG de Renault et Nissan, qui a passé plus de 100 jours en prison.

    Carlos Ghosn, dont c'était la troisième demande de remise en liberté, a interdiction de quitter le Japon, avait précisé le tribunal, et des mesures visant à l'empêcher de falsifier des preuves ont aussi été prises. De plus, selon les informations de l'agence de presse Kyodo, l'homme d'affaires va notamment être placé sous vidéosurveillance à son domicile.

    Accusé d'avoir minimisé ses revenus chez Nissan pendant près de dix ans, jusqu'en 2018, il a été arrêté le 19 novembre dernier. Pendant son procès, il a nié les faits qui lui sont reprochés. S'il était reconnu coupable, l'ex-dirigeant risquerait jusqu'à dix ans de prison.

    Le montant de la caution fixé à un milliard de yens est parmi les plus élevés jamais enregistrés au Japon mais ne représente cependant que la moitié des deux milliards de yens payés en 2005 par Mitsuru Asada, un homme d'affaires reconnu coupable par la suite.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Ils se battent à bord d’un avion Ryanair à cause d’une femme aux pieds nus (vidéo)
    Poutine pose en ukrainien une question piquante aux autorités de Kiev
    Tags:
    libération des prisonniers, Carlos Ghosn, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik