International
URL courte
13162
S'abonner

Nombreux sont les internautes algériens qui réagissent aux positions des États-Unis et de l’Union européenne sur la situation politique dans leur pays. Les avis sont partagés entre ceux qui craignent une ingérence et ceux qui entrevoient la possibilité de faire aboutir pacifiquement les revendications populaires.

Mardi 5 mars, les États-Unis ont déclaré qu'ils «soutenaient le peuple algérien et son droit à manifester pacifiquement» contre la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un 5ème mandat. L'Union européenne a adopté la même position. Ces déclarations ont fait réagir les utilisateurs des réseaux sociaux. Certains y voient une tentative d'ingérence à laquelle il faut faire barrage. D'autres, au contraire, entrevoient la possibilité de faire changer le système politique en Algérie.

Comme le député Ramdane Youssef Tazibt, plusieurs personnes dénoncent les tentatives d'ingérences de certaines puissances étrangères. Dans ce sens, ils rappellent ce qui est arrivé à l'Irak, à la Libye et à la Syrie, appelant leurs concitoyens à la vigilance.

​Mais, dans le même temps, des internautes se sont félicités de la position américaine et ont appelé la France à en faire de même.

​Craignant un dérapage des manifestations pacifiques en Algérie, et la naissance d'une situation de chaos, à l'exemple de ce qui s'est passé dans d'autres pays, de nombreuses personnes appellent les leaders de ce mouvement à réagir de façon claire aux déclarations des États-Unis et de l'Union européenne.

Lire aussi:

Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Tags:
élection présidentielle, positions, droits de l’homme, manifestation, Union européenne (UE), Abdelaziz Bouteflika, États-Unis, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook