International
URL courte
741639
S'abonner

Jeudi, la Cour de cassation du Luxembourg a rejeté le recours introduit par le chanteur français Enrico Macias dans l’affaire l’opposant à la liquidatrice de la banque Landsbanki Luxembourg, a indiqué l’AFP. De ce fait, l’artiste devra rembourser les 30 millions d’euros d’un prêt contracté en 2007.

Le chanteur français Enrico Macias est désormais tenu de rembourser les 30 millions d'euros qu'il doit à la banque Landsbanki Luxembourg, suite au rejet de son recours par la Cour de Cassation luxembourgeoise, a appris l'AFP auprès de Me Yvette Hamilius, liquidatrice de ladite banque. Landsbanki Luxembourg a fait faillite en 2008, suite à la crise financière internationale.

«Ce matin il y a eu un rejet du pourvoi devant la cour de cassation», a-t-elle déclaré.

En 2007, Enrico Macias avait emprunté 35 millions d'euros auprès de Landsbanki Luxembourg. Cependant, sur fond de la crise financière internationale de 2008, la banque a fait faillite et sa maison mère a été nationalisée. La même année, elle banque a été placée en liquidation judiciaire. Néanmoins, le banque tente toujours de recouvrer les créances.

Le chanteur, ainsi qu'une centaine de clients de la banque, avaient intenté une action en justice en France pour escroquerie.

Condamné en première instance, en 2014, à rembourser cette somme, le tribunal correctionnel de Paris avait confirmé le jugement en août 2017. Il a estimé qu'«il ne résulte pas du dossier que les emprunteurs ont été victimes de manœuvres frauduleuses», selon l'AFP. Ce jeudi, la Cour de cassation au Luxembourg a également rejeté son recours.

Un jugement en appel sera prononcé au mois de mai à Paris.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
prêt, cour de justice, Enrico Macias, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook