Ecoutez Radio Sputnik
    Un pont sur l'Hudson

    Le héros du miracle sur l’Hudson ne mâche pas ses mots sur le crash du Boeing 737 MAX 8

    CC BY 2.0 / bobistraveling / 236 Mid Hudson Bridge Poughkeepsie NY 4402
    International
    URL courte
    191065

    Le capitaine Chesley B. Sullenberger III, reconnu aux États-Unis comme un héros national après avoir fait atterrir avec succès un avion de ligne sur la rivière Hudson en 2009, s’est prononcé sur les récents crashs des Boeing 737 MAX 8, et notamment celui d'Ethiopian Airlines.

    Dans un message publié jeudi sur Facebook, le héros du «miracle de l'Hudson River» Chesley B. Sullenberger III a critiqué la mauvaise conception de l'avion Boeing 737 MAX 8, l'incapacité de la société Boeing à réparer ses erreurs et l'extrême insuffisance de la formation des pilotes, essentielle selon lui pour faire face aux cas imprévus.

    Menottes
    © Sputnik . Vitaliy Beloussov
    «Depuis l'accident du Lion Air, il était évident qu'on avait besoin d'une nouvelle conception du 737 MAX 8, mais celle-ci n'avait toujours pas été mise au point, et les correctifs déjà proposés ne vont pas assez loin», a fustigé M.Sullenberger.

    Il a ajouté que, même s'il pensait que les équipages d'Ethiopian Airlines avaient fait tout leur possible pour éviter la catastrophe, ils n'avaient tout simplement pas l'expérience nécessaire pour faire face avec succès à une telle situation d'urgence.

    «Selon les médias, le premier pilote n'avait que 200 heures d'expérience de vol, […] ce qui est absolument insuffisant pour quelqu'un se trouvant dans le cockpit d'un avion de ligne», a-t-il poursuivi.

    Sullenberger a laissé entendre que la compagnie aérienne avait confié la sécurité des passagers à un pilote insuffisamment entraîné pour effectuer des vols de ligne.

    «Nous ne savons pas encore à quels défis les pilotes ont été confrontés ni ce qu'ils ont pu faire, mais toute personne à qui la vie des passagers et de l'équipage est confiée doit être dotée des connaissances, des compétences et de l'expérience pour pouvoir gérer l'imprévu et être le maître absolu de l'avion et de tous ses systèmes, ainsi que de la situation en tant que telle», a tenu à souligner M.Sullenberger.

    Les compagnies aériennes «ne doivent pas confier une telle responsabilité aux pilotes avant que ceux n'y soient pleinement prêts», a-t-il conclu, ajoutant que l'expérience des pilotes devrait être «une priorité absolue pour toutes les compagnies aériennes».

    Le 15 janvier 2009, l'avion piloté par Chesley Sullenberger a décollé de New York et a percuté un groupe d'oiseaux une minute et demie plus tard, après quoi ses deux moteurs sont tombés en panne. L'équipage a atterri en douceur dans le fleuve Hudson, réussissant à ne pas détruire cet appareil lourd avec le plein de carburant.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Impact des Gilets jaunes sur l'économie: l'Insee conteste les chiffres du gouvernement
    Policier filmé en train de ranger des maillots du PSG: davantage de détails surgissent
    Tags:
    Ethiopian Airlines, Chesley B. Sullenberger, États-Unis, Hudson River
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik