Ecoutez Radio Sputnik
    le Monument de la Liberté à Riga

    Deux soldats US se soulagent sur le Monument de la Liberté à Riga... et le paient cher

    © Sputnik . Alexeï Danitchev
    International
    URL courte
    391243

    Après avoir uriné sur le Monument de la Liberté à Riga, la capitale de la Lettonie, deux soldats de l'armée américaine ont eu à payer une amende de 800 euros pour ce manque de respect délibéré à l'égard du mémorial.

    La police de Riga a adressé une amende de 800 euros à deux soldats américains pour avoir uriné sur le Monument de la Liberté de la capitale de la Lettonie, a annoncé aux journalistes le porte-parole de la police Tom Sadovskis.

    Selon lui, le 8 mars, des employés du centre de surveillance vidéo ont aperçu deux hommes en train de faire leurs besoins sur ce célèbre monument du centre de Riga.

    «Immédiatement, une patrouille de policiers a été envoyée sur place. Les deux militaires de l'armée américaine ont reçu chacun une amende de 400 euros pour manque de respect délibéré envers le Monument de la Liberté», a indiqué le porte-parole.

    Le représentant du ministère letton de la Défense Caspar Galkin a aussi confirmé aux journalistes que les deux soldats américains avaient été mis à l'amende. Selon lui, ils seront également sanctionnés par l'armée.

    «Le ministère letton de la Défense exprime ses regrets suite à cet incident qui mine la réputation des milliers de militaires des États-Unis et des autres États alliés qui servent ou ont servi en Lettonie», a ajouté le porte-parole.

    Plusieurs milliers de militaires américains sont actuellement déployés en Lettonie, un pays membre de l'Otan depuis 2004.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    monument, amende, Lettonie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik