Ecoutez Radio Sputnik
    Algérie

    Algérie: «Les gens responsables refusent de faire partie du nouveau gouvernement»

    © AFP 2019 RYAD KRAMDI
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    7912

    Que se passe-t-il en Algérie? Plus de 20 millions de citoyens sont descendus le 15 mars dans les rues pour manifester dans le calme. Ils dénoncent une nouvelle manipulation du pouvoir et demandent un changement de système. Le gouvernement, par ses annonces, n’a pas convaincu et le pouvoir pourrait s’effriter. Interview avec Naoufel Brahimi el-Mili.

    Le pouvoir algérien a annoncé qu'Abdelaziz Bouteflika ne se représentera pas pour un 5e mandat, mais que les élections présidentielles prévues pour le 18 avril prochain seraient reportées en principe à 2020, après une grande consultation nationale. Si cela semblait être une première victoire pour les manifestants, ces derniers se sont mobilisés dans de nombreuses villes d'Algérie, vendredi 15 mars, pour dénoncer une manipulation des élites en place qui souhaiteraient conserver le pouvoir.

    Naoufel Brahimi el-Mili enseigne à Science-Po Paris. Il vient de publier France-Algérie: 50 ans d'histoires secrètes (Fayard, 2019).

    Lire aussi:

    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un pétrolier britannique - images
    Tags:
    manifestation, Front de libération nationale (FLN) algérien, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik