Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Khamenei

    «Triste blague»: Ali Khamenei déçu par le mécanisme européen de commerce avec l’Iran

    © AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader
    International
    URL courte
    8250
    S'abonner

    Le mécanisme créé par l’Union européenne afin de poursuivre son commerce avec l’Iran en contournant les sanctions US «s’apparente à une triste blague», estime le guide suprême iranien, Ali Khamenei.

    L'Europe est de facto sortie de l'accord sur le nucléaire iranien, tandis que son mécanisme de commerce avec Téhéran est semblable à une «triste blague», estime le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

    «Ils [les Européens, ndlr] nous disaient de ne pas sortir de l'accord nucléaire, mais dans les faits ils ont eux-mêmes quitté le Plan d'action conjoint en imposant des sanctions à notre pays. Ce mécanisme financier, dont ils ont récemment annoncé la création, ressemble à une triste blague», a déclaré l'ayatollah, lors de son discours à l'occasion de l'ouverture des célébrations du Nouvel an iranien, retransmis à la télévision nationale.

    Soucieux de sauver l'accord de Vienne encadrant les activités nucléaires de Téhéran après le retrait américain, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont mis en place un mécanisme commercial —baptisé Instex- en vue de contourner les sanctions économiques rétablies par les Etats-Unis contre la République islamique.

    Pour le moment, le mécanisme en question ne concerne que des secteurs essentiels, comme les produits pharmaceutiques, médicaux et agroalimentaires avec des échanges non libellés en dollars.

    En février dernier, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait déclaré que le mécanisme d'échanges commerciaux proposé par les pays européens n'était pas suffisant.

    Tags:
    sanctions, dollar US, échanges commerciaux, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), INSTEX, Mohammad Javad Zarif, ayatollah Ali Khamenei, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik