International
URL courte
7712157
S'abonner

Sur son fil Twitter, le chef de la Maison-Blanche a jugé nécessaire pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan.

L'heure est venue pour Washington de reconnaître le plateau du Golan en tant que partie de l'État d'Israël, a estimé jeudi le Président américain Donald Trump sur sa page Twitter.

«52 ans après, il est l'heure pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur les hauteurs du Golan qui sont d'une importance stratégique essetielle pour la sécurité de l'État d'Israël et la stabilité régionale!», a lancé le leader américain.

Ces déclarations font suite au récent appel du chef du gouvernement hébreu Benjamin Netanyahou, qui a invité la communauté internationale à reconnaître l'emprise israélienne sur le Golan. En réaction au message de M.Trump, le Premier ministre israéien a remercié le Président US pour son acte «courageux», également sur Twitter.

L'administration états-unienne vient de modifier la dénomination du Golan syrien dans ses documents officiels: désormais, les USA considèrent la région comme «contrôlée» et non plus «occupée» par Israël. Certains observateurs ont interprété ce glissement sémantique comme le prélude à une reconnaissance par Washington de la souveraineté israélienne sur le Golan.

Depuis 1967, Israël occupe quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 km2 du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.

Lire aussi:

La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Deux immeubles s’effondrent à Bordeaux, trois blessés dont un grave
Régionales en Paca: Bayou menace d'exclure le candidat EELV s'il maintient sa liste
Tags:
occupation, souveraineté, reconnaissance, Guerre des Six Jours (1967), Conseil de sécurité de l'Onu, Benjamin Netanyahou, Donald Trump, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook