Ecoutez Radio Sputnik
    Lieu du crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines

    «Système informatisé»: le problème des Boeing 737 MAX 8 qui se sont abîmés

    © REUTERS / Tiksa Negeri
    International
    URL courte
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)
    4019
    S'abonner

    Revenant sur les similarités des tragédies en Éthiopie et en Indonésie, le capitaine australien Desmond Ross affirme à Sputnik que les pilotes de deux Boeing ont lutté contre le système informatisé des aéronefs.

    Pour faire toute la lumière sur les problèmes d'exploitation du Boeing 737 MAX 8, dont un s'est abîmé en Éthiopie le 10 mars, Sputnik a contacté le capitaine Desmond Ross, vice-président pour l'Asie-Pacifique de l'Association internationale de gestion de la sécurité de l'aviation.

    L'un des aspects inquiétants concerne les informations selon lesquelles «lors des vols précédents, des pilotes ont signalé des problèmes de caractère similaire, à savoir l'incapacité de maintenir l'appareil en ascension régulière. Les pilotes luttaient efficacement contre les commandes: l'avion essayait de faire une chose pendant que les pilotes essayaient de réaliser une ascension normale en douceur. Ils luttaient efficacement contre le système informatisé de l'avion», a expliqué M.Ross.

    Parmi d'autres similarités avec le crash précédent, en Indonésie en octobre dernier, le capitaine a relevé la durée du vol, le moment du crash et la manière dont l'appareil s'élevait:

    «Le premier vol en provenance d'Indonésie n'a duré que 12 à 13 minutes, le deuxième vol en provenance d'Éthiopie n'a duré que quelque six minutes. Les deux événements se sont donc produits pendant l'ascension après le décollage», a-t-il précisé.

    «L'avion montait et descendait, pas de façon stable et contrôlée. Enfin, dans les deux cas, le nez de l'avion a piqué et les deux aéronefs sont tombés, directement dans l'océan dans le cas de l'Indonésie, et au sol dans le cas de l'Éthiopie.»

    De plus, d'autres signalements d'incidents similaires ont récemment été signalés, particulièrement l'enregistrement de «difficultés du contrôle aérien», a ajouté le capitaine.

    Un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines s'est écrasé le 10 mars à 62 kilomètres de la capitale de l'Éthiopie, Addis-Abeba. Ce vol reliait Addis-Abeba à Nairobi, la capitale du Kenya. Parmi les 157 victimes du crash figuraient, outre des Kenyans et des Éthiopiens, 18 Canadiens, huit Américains, huit Italiens, huit Français, sept Britanniques ainsi que trois Russes et une Belge.

    Il s'agissait du deuxième crash d'un avion de ce type en six mois. Le 29 octobre 2018, un Boeing 737 MAX de la compagnie aérienne Lion Air s'est abîmé en mer de Java peu après son décollage de Jakarta. Les 189 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion ont péri dans cette catastrophe. À la suite de ces tragédies, les autorités de l'aviation et les compagnies aériennes du monde entier ont immobilisé leurs appareils 737 MAX série 8 ou leur ont fermé leur espace aérien.

    Dossier:
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une mère tente d’étrangler la principale d’un collège dans le Val-de-Marne
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Tags:
    décollage, ascension, crashs, problèmes, pilote, ordinateur de bord, système, avion, vol, Boeing 737 MAX 8, Indonésie, Ethiopie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik