Ecoutez Radio Sputnik
    Frappes de l’Otan: «Les cancers chez les enfants en Serbie sont 2,5 fois plus fréquents qu’en Europe»

    «Les cancers chez les enfants en Serbie sont 2,5 fois plus fréquents qu’en Europe»

    © AP Photo / Stephan Savoia
    International
    URL courte
    191431

    Contournant la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu, l’Otan avait bombardé la Serbie du 24 mars au 10 juin 1999, faisant, selon le gouvernement serbe, environ 2.500 morts, dont 89 enfants, et 12.500 blessés. Une neurochirurgienne serbe a parlé à Sputnik de l’impact sur la santé de ces bombardements d’il y a 20 ans.

    Début juin dernier, une structure de coordination a été formée auprès du gouvernement serbe pour étudier les conséquences des bombardements de la Serbie par l'Otan en 1999. Le document en a été signé par quatre ministères, notamment ceux de la Défense, de la Santé, de l'Environnement et de l'Éducation. Le ministre de l'Environnement, Goran Trivan, aurait dû diriger tout le projet, mais pratiquement rien n'a été fait jusqu'ici, a raconté à Sputnik Danica Grujicic, chef du service de neuro-oncologie du Centre clinique de Serbie.

    Danica Grujicic, chef du service de neuro-oncologie du Centre clinique de Serbie
    © Sputnik . Oleg Ivanov
    Danica Grujicic, chef du service de neuro-oncologie du Centre clinique de Serbie

    «L'Otan se livrait au génocide, en bombardant sciemment tous les sites qui étaient désignés comme dangereux pour l'environnement. La destruction d'un tel site déclenchait une catastrophe écologique dans toute la région. Ils [l'Otan, ndlr] le savaient et bombardaient avec préméditation des entreprises chimiques, des raffineries de pétrole et des centrales électriques», a poursuivi le médecin.

    Et de rappeler que cinq tonnes de mercure s'étaient retrouvées alors dans les eaux du Danube.

    «Malheureusement, de 1999 à aujourd'hui, personne n'a essayé d'analyser le terrain autour des sites industriels bombardés. Nous voulons réaliser une véritable étude scientifique et établir des faits. J'entends exposer personnellement ma position au Président Aleksandar Vucic», a déclaré la spécialiste.

    Selon cette dernière, tous les ans, en Serbie, dont la population approche les sept millions de personnes, jusqu'à 40.000 cas de cancer sont diagnostiqués.

    «Chez nous, tant d'enfants sont morts que je me demande si nous ne faisons tout simplement pas ce qu'il faut. Nous les opérons tout comme autrefois, ils sont soumis à la radiothérapie et à la chimiothérapie, mais meurent une année plus tard. Il est absolument nécessaire d'établir d'où venaient ces enfants», a indiqué Mme Grujicic.

    Et d'ajouter qu'il fallait analyser des échantillons de sang et de tumeurs, chercher à découvrir des particules d'uranium appauvri et d'autres métaux lourds.

    «C'est là le moyen de prouver la criminalité des bombardements. […] Les cancers chez les enfants en Serbie sont 2,5 fois plus fréquents qu'en Europe, et nos adultes et enfants de moins de 15 ans pris ensemble sont atteints de cancers presque 3 fois plus souvent qu'en moyenne dans le monde», a constaté la Serbe.

    Elle a par ailleurs noté que l'efficacité de la thérapie traditionnelle avait faibli, sinon disparu après les bombardements. Les médecins enregistrent des cas de plus en plus fréquents de maladies auto-immunes et une infertilité croissante, surtout chez les hommes, dont le nombre de cas a été multiplié par 100 après l'agression de l'Otan.

    «À présent, dans chaque famille en Serbie, il y a quelqu'un atteint de cancer. Aussi, est-il très important d'établir s'il reste encore des sources de contamination. Nous devons laisser ce pays aux jeunes», a résumé la chef de service.

    En 1999, pendant onze semaines, l'Alliance a bombardé la Yougoslavie, territoire comprenant notamment la Serbie et le Monténégro actuels. Les avions de l'Otan ont largué près de 15 tonnes d'uranium appauvri sur le territoire serbe. Ce qui a pour résultante, qu'avec 5.500 cas de cancer enregistrés pour un million d'habitants, la Serbie arrive de nos jours en première position en Europe pour le nombre de décès dus au cancer.

    Lire aussi:

    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    L’Élysée aurait ignoré les renseignements français, qui estimaient qu’un G7 à Biarritz était «la pire» solution
    Les États-Unis émettent un mandat de saisie pour le pétrolier iranien Grace 1 libéré par Gibraltar
    Tags:
    bombardement, uranium appauvri, raffinerie, centrale électrique, génocide, santé, cancer, bombardements sur la Yougoslavie (1999), ministère serbe de la Défense, Sputnik, OTAN, Goran Trivan, Danica Grujicic, Aleksandar Vucic, Yougoslavie, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik