Ecoutez Radio Sputnik
    Ligne à haute tension

    Le gouvernement vénézuélien dénonce une «attaque» après une nouvelle panne d’électricité

    © Fotolia / saidin jusoh
    International
    URL courte
    6219

    Deux nouvelles pannes d’électricité ont touché le Venezuela lundi dans l’après-midi et dans la soirée. Ce double black-out intervient deux semaines après une autre vaste panne qui avait plongé le pays dans le noir. Les autorités ont dénoncé une «attaque» contre le système énergétique du pays.

    Le Venezuela a subi une deuxième panne d'électricité lundi dans la soirée après que les autorités ont résolu la précédente, laquelle avait touché plusieurs régions du pays l'après-midi même, a annoncé Jorge Rodriguez, ministre vénézuélien de la Communication et de l'Information.

    ​Il s'agit ainsi du troisième black-out depuis début mars.

    En fin de journée, l'électricité revenait dans certains quartiers de la capitale, mais a été de nouveau coupée peu avant 22h00 (2h00 GMT), a fait savoir le ministre.

    ​«Nous avons été victimes d'une attaque contre le système de production et de distribution d'électricité et plus précisément contre la centrale de Guri», dans le sud du pays, a accusé Jorge Rodriguez à la télévision.

    ​Cette centrale, qui fournit environ 80% de l'électricité du Venezuela, avait déjà été touchée lors de la panne du 7 mars. Caracas et presque l'ensemble du pays s'étaient alors retrouvés plongés dans l'obscurité. Le fournisseur national d'électricité Corpoelec avait dénoncé un «sabotage» alors que les autorités du pays ont accusé les États-Unis d'avoir mené une attaque informatique contre la centrale électrique.

    Lire aussi:

    Le pétrolier iranien Grace 1 quitte Gibraltar un mois après son arraisonnement
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Un attentat suicide dans un mariage fait 63 morts et 182 blessés à Kaboul
    Tags:
    panne, électricité, Jorge Rodríguez, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik