Ecoutez Radio Sputnik
    Un immeuble au Donbass après un bombardement ukrainien

    «Donbass Tour», quand Tripadvisor propose de visiter la ligne de front en Ukraine

    © Sputnik . Irina Gerashchenko
    International
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    8241

    Tripadvisor met en ligne un produit inédit de «tourisme de guerre»: une excursion d'un jour dans le Donbass où, d'après le site, «la guerre continue encore». Sputnik a mené l'enquête sur cette destination bien particulière.

    MISE À JOUR. Par la suite, Tripadvisor — au moins ses versions française et anglaise — a suspendu la promotion du produit touristique polémique*.

    «Le tourisme de guerre» n'est pas la dernière lubie du jour. Des centaines de personnes cherchent à profiter de leurs vacances pour se doper à l'adrénaline plutôt que de lézarder sur la plage. L'Irak, l'Afghanistan, la Syrie ou encore la Centrafrique sont des destinations courues de ces étranges touristes. Un catalogue particulier auquel il faut dorénavant ajouter l'Ukraine: si les voyages touristiques à Tchernobyl, ces excursions étranges et macabres, sont devenus courants, le «tourisme» dans la zone d'hostilités de l'Est ukrainien est une nouveauté.

    Le quai d'Orsay a beau clamer que «dans l'Est du pays, la situation demeure tendue sur toute la ligne de front, de Marioupol à Louhansk» et que «certains points de passage et plusieurs infrastructures font l'objet d'attaques», le site Tripadvisor franchi le pas et propose en toute innocence un «Donbass Tour».
    Pour la modique somme de 357,05 euros, le guerrier en (im) puissance a la possibilité d'explorer «l'ancienne zone de front de l'agression de la Russie contre l'Ukraine pendant la guerre (2014-2019) à Sloviansk et Kramatorsk» (sic).

    Capture d'écran de Tripadvisor pour le circuit Donbass Tour
    © Photo. Capture d'écran/ tripadvisor.fr
    Capture d'écran de Tripadvisor pour le circuit "Donbass Tour"

    Sous nos yeux ébahis, c'est une nouvelle page de l'histoire qui s'écrit… et on n'y mettra pas de grand «H». Le descriptif est cru: on découvre l'existence d'une nouvelle «guerre 14-18» qui, est de plus, le fruit d'une «agression russe». Laissons de côté la véracité historique de cette affirmation, qui ne saurait arrêter les amateurs de sensations fortes, avides «de faire partie de la nouvelle histoire européenne», comme le précise le texte. Effectivement, cela représente une chance réelle de figurer dans les actualités internationales, rubrique faits divers. Pourtant, le «produit 66123P22» de Tripadvisor jouit d'un descriptif tout à fait banal sur ses pages et d'une assistance téléphonique cool.

    «Mis à part la mention du gilet pare-balles et du casque, je ne vois aucune précision spécifique concernant les consignes de sécurité, nous dit une hôtesse du site au téléphone. Accordez-moi un moment, je vais vérifier dans les notes laissées par le prestataire.»

    Manque de chance, le prestataire n'a pas non plus laissé de consigne. Normalement, dans les zones à risques, les voyagistes appartenant à de grands groupes sont généralement soumis à une charte éthique dont les termes excluent tout voyage en «zone rouge». Visiblement, dans le cas présent, il s'agit d'un agent local ukrainien (dont le Tripadvisor nous a communiqué les coordonnées) qui ne s'embarrasse pas trop de l'aspect sécuritaire de sa prestation.

    «C'est un produit nouveau, précise l'hôtesse de Tripadvisor. Il n'y a encore aucune réservation. Comme je ne vois pas de détail sur les réservations, cela signifierait que cette proposition est rentrée juste en février dernier.»

    On a également une question importante: et les enfants? Ont-ils droit de profiter de ce voyage pour se forger une idée sur l'histoire moderne et peut-être révéler précocement leur âme de touriste de l'extrême? «Les enfants en bas âge doivent être assis sur les genoux d'un adulte», précise le site.

    «L'âge minimum est de deux ans, commente en toute innocence l'hôtesse. Vous trouverez les précisions sur l'âge des enfants sur la réservation, de toute façon.»

    Par contre, le site ne précise pas jusqu'à quel âge on les garde sur les genoux et s'ils seront munis d'un gilet pare-balles petit format et d'un casque taille enfant, puisque le site promet à tous les participants «une photo avec un casque et un gilet pare-balles».

    On qualifie souvent le tourisme de guerre de tourisme «voyeur». Est-ce que le tourisme en Ukraine va si mal que l'on est désormais obligé d'exploiter la misère humaine qui frappe ce pays? Effectivement, selon les chiffres, le nombre d'étrangers arrivés en Ukraine au premier semestre de 2018 a diminué de 1,7%, pour s'établir à 6,22 millions de personnes. Sachant que parmi ceux qui franchissent la frontière ukrainienne, peu d'entre eux peuvent être qualifiés de «touristes».

    Nous n'avons pas pu avoir plus de renseignements précis sur le déroulement de ce «Donbass Tour», puisque le prestataire local n'a pas répondu à nos sollicitations, mais si vous vous décidez, prenez vos précautions! Et pour ça, vous pouvez notamment utiliser «Ariane», une plateforme de «suivi» des touristes mise en place par le ministère des Affaires étrangères. Un moyen de baliser le chemin des Thésée modernes qui bravent tous les interdits et se jettent dans la gueule du tourisme à hauts risques.

    Ce produit n'est pas disponible actuellement. Il y a plusieurs raisons possibles, entre autres: on est hors saison, tous les billets ont été vendus ou le produit n'est plus en service», lit-on désormais sur le site Tripadvisor.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    Slaviansk, tourisme de guerre, tourisme extrême, ligne de front, tourisme, sécurité, guerre, ministère français des Affaires étrangères, TripAdvisor, Tchernobyl, Kramatorsk, Donbass, Syrie, Irak, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik