Ecoutez Radio Sputnik
    Des habitants locaux sur une rue d'Alep

    Le Corf: le viol de la souveraineté syrienne par Israël est passé sous silence médiatique

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    26806

    La nuit du 28 mars n'était pas calme pour les Aleppins. Pierre Le Corf a dénoncé des attaques israéliennes contre une zone hébergeant des réfugiés. Contacté par Sputnik, l'humanitaire français parle du bombardement et de la manière dont la presse préfère le couvrir.

    Un nouveau bombardement contre des quartiers d'Alep a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi, sans faire grand bruit dans les médias. Sur son compte Twitter, l'humanitaire français et fondateur de We Are Superheroes, Pierre Le Corf, a dénoncé cette première attaque après la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan syrien.

    «Sans même évoquer les bombardements terroristes qui se poursuivent, la nuit passée nous avons été attaqués par des avions israéliens qui ont tiré des missiles contre l'aéroport dans les alentours de la zone initialement peuplée par des milliers de réfugiés. Silence. Mais si une balle perdue frappait leur avion, cela ferait la Une», s'est-il indigné.

    Dans les médias sont parues en même temps des informations sur une attaque israélienne, vraisemblablement contre des dépôts iraniens de munitions, repoussée par la défense syrienne. Ce raid contre la zone industrielle de Cheikh Najjar (nord-est d'Alep) a causé un blackout dans la ville et n'a fait que des dégâts matériels, selon Reuters, qui cite des sources au sein de l'opposition. Selon certaines informations, entre quatre et sept individus, Iraniens, ont trouvé la mort dans le bombardement.

    Réalisant une mission humanitaire à Alep, Pierre Le Corf a fait part à Sputnik de ce qu'il sait sur l'attaque et sur l'ambiance qui règne dans la ville d'Alep, bien que libérée il y a longtemps mais qui reste toujours la cible de bombardements sporadiques.

    «Des avions israéliens ont tiré des missiles sur la zone de l'aéroport et une zone rurale qui hébergeait énormément de réfugiés», a-t-il raconté, ajoutant qu'autant qu'il sache, il y a eu plusieurs morts, «principalement militaires», mais aussi des «civils tués à proximité du lieu d'impact».

    Qu'il s'agisse d'une attaque de la part de terroristes ou de la part de forces extérieures, la tendance générale est que «ce sont les hommes qui payent», tandis que sur la scène internationale l'importance de ces bombardements est plutôt «effacée», a pointé l'humanitaire.

    «Ça a toujours été un silence sur ces attaques, sur cette violation de la souveraineté syrienne et sur les morts qui en sont dues. La réalité c'est qu'on n'arrive pas vraiment à savoir ce qui se passera par la suite. Parce que les avions israéliens qui remontent jusqu'à aujourd'hui jusqu'à Alep et qui bombardent des cibles qu'ils considèrent comme hostiles, cibles iraniennes, etc., violent très facilement la souveraineté du pays.»

    Parlant au nom des habitants d'Alep, il craint qu'il puisse avoir «un impact énorme tant sur les gens que sur l'économie du pays alors que les gens souhaitent se reconstruire pour faire en pas vers l'avant, vers l'après-guerre».

    Après la décision américaine sur le Golan, il est probable qu'il ne s'agisse pas d'une coïncidence, mais plutôt d'une «provocation qui puisse aller bien plus loin qu'un simple bombardement qui a fait simplement quelques morts», a-t-il estimé.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    bombardement, médias mainstream, dépôt, attaque, missiles, souveraineté, préjudice, médias, victimes, Pierre Le Corf, Cheikh Najjar, Alep, Iran, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik