Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Claude Chabrier

    «Le destin d’un chrétien d’Orient, c’est d’être massacré»

    © Sputnik . Antoine Harrewyn
    International
    URL courte
    Par
    23205
    S'abonner

    Jean-Claude Chabrier a 90 ans et depuis les années 50, il a des dizaines de voyages au Moyen-Orient à son actif: ce grand défenseur des chrétiens d’Orient peut se vanter de connaître son sujet. Rencontre avec un amoureux des cultures du Levant, qui a gardé sa verve intacte.

    La disparition actée des chrétiens d'Orient est un sujet tabou. Nombre d'entre eux sont partis sous des cieux plus cléments, d'autres sont restés, attachés à leurs terres et leur patrimoine deux fois millénaire. Le génocide arménien a porté le premier coup à ces minorités religieuses, l'apparition de l'État islamique* leur aurait-elle porté le coup de grâce? Nous avons rencontré un témoin de l'histoire de ces communautés en danger, Jean-Claude Chabrier, qui depuis les années 1950, sillonne les routes du Moyen-Orient.

    Retrouvez les meilleurs moments de cet entretien hors du commun:

    Oubliez les associations humanitaires SOS Chrétiens d'Orient, l'œuvre d'Orient, Jean-Claude Chabrier se targue d'en savoir davantage sur le sujet. Imaginez-vous, plus d'une cinquantaine de voyages à son actif dans la région. L'histoire commence en 1957. Parti de Paris en vadrouille avec sa femme à bord d'une Renault 4 CV, le plan de départ était se rendre à Téhéran. Arrivé en Turquie, dans le sud-est, entre le Tigre et l'Euphrate, il se heurte à une zone interdite, à cause de l'instabilité chronique qui y règne. Il y pénètre néanmoins et tombe nez à nez avec les nombreuses communautés chrétiennes rendues invisibles à la fois par la Turquie kémaliste et l'accroissement démographique kurde. Il y croise Chaldéens, Syriaques orthodoxes, Arméniens survivants, certains parlant encore le turoyo, dialecte dérivé de l'araméen, langue du Christ. Des populations qui depuis, n'y sont plus.

    «Nous avons rétroactivement compris que nous étions tombés dans un bastion, dans un fief qui n'existe plus maintenant. C'était à l'époque 98% chrétien, maintenant c'est 98% kurde. En général, là où il y avait des chrétiens, les Kurdes s'installent parce que les chrétiens ont été chassés par le massacre ou parce qu'ils sont partis travailler en Allemagne, en Hollande, en France ou en Belgique, donc les Kurdes prennent leurs maisons. Je connais des centaines de villages qui furent chrétiens et qui sont maintenant Kurdes.»

    Des endroits splendides chargés d'histoire qui restent encore à découvrir pour l'Occidental moyen. Diyarbakir, Mardin, Midyat, Turabdin, Hakkari en Turquie, Ormia en Iran. Allez simplement sur votre moteur de recherche, tapez le nom de ces villes et vous partirez sur une autre planète. Mais l'heure n'est pas au tourisme pour les chrétiens. Le grand voyageur se montre fataliste quant à leur destin éminemment tragique:

    «Les chrétiens ont passé leur temps à être massacrés. Et ça continue, les massacreurs se relaient. Le destin d'un chrétien d'Orient, c'est d'être massacré. Et s'il ne l'est pas, c'est qu'il a trouvé une bonne combine.»

    Mais alors qu'en est-il de Daech? Le «califat» entre l'Irak et la Syrie, qui en janvier 2015, s'étendait sur plus de 90.000 km2, a perpétré des horreurs contre l'ensemble des populations sur place, en particulier les chiites, les chrétiens, les yézidis et les Kurdes.

    «Les chrétiens ont vu arriver l'État islamique avec terreur. À Maaloula, ils sont arrivés, ceux qui ont refusé de devenir musulmans, qui n'avaient pas fui, ils les ont crucifiés. […] Cela étant, il y en a qui sont devenus musulmans. D'ailleurs, je crois que le patriarche chaldéen que je connais, on se tutoyait, Louis Sako, m'a dit qu'il avait donné l'absolution à tous ceux qui se sont convertis à l'islam pour ne pas être massacrés.»

    Paradoxalement, au cours du XXe siècle, les chrétiens ont su, à certaines occasions, obtenir les faveurs de certains pays, la Syrie des Assad et l'Irak sous Saddam Hussein. Des personnalités qui jouissaient une forte audience en Occident. Souvenons-nous de Tarek Aziz, vice-Premier ministre irakien, d'origine chrétienne chaldéenne, envoyé régulièrement dans les capitales européennes. Jean-Claude Chabrier rappelle les faits:

    «Petit à petit s'est développée en Syrie une sorte de favoritisme en faveur des chrétiens d'Orient, ça c'est la dynastie el-Assad, le père comme le fils. Évidemment, le fils en rajoute encore. Il est allé à Maaloula quand Maaloula a été libéré de l'invasion islamique […] Évidemment, les chrétiens de Syrie adorent Bachar […] Saddam Hussein favorisait énormément et de façon outrageante les chrétiens. Les Chaldéens se sont offert toutes les faveurs de Saddam Hussein.»

    Le cas iranien est différent. Sous les shahs, les minorités religieuses étaient relativement protégées à cause de Farah Diba, impératrice ayant fait sa scolarité à l'école Jeanne d'Arc à Téhéran. La Révolution islamique de 1979 n'a pas foncièrement changé la donne.

    «De tout temps, l'endroit où les chrétiens d'Orient avaient le plus de chances de bien vivre est l'Iran.»

    Chabrier connaît parfaitement l'Iran, il y était encore en novembre dernier. En 1957, ce voyage initiatique les conduit enfin à Téhéran, munis d'une lettre de l'association France-Iran et ils parviennent à être présentés au couple impérial:

    «On a dû donner nos appareils photographiques, parce que le shah avait été victime d'un attentat, quelqu'un était venu avec un appareil photo, il appuyait sur le déclencheur et ça envoyait une balle. Le shah était méfiant, Sorayah était très belle.»

    Il précise également avoir bien connu Farah Diba, la troisième épouse du shah, rencontrée à l'École spéciale d'architecture de Paris.

    A 89 ans, Jean-Claude Chabrier livre ici un témoignage unique, un voyageur qui n'avait pas froid aux yeux, et qui le premier, a découvert par des rencontres fortuites, le sort tragique des chrétiens d'Orient. Parallèlement à ses explorations, il passera trois doctorats, de médecine, d'études islamiques et de musicologie. C'est dans ce cadre qu'il partira à la rencontre des musiques orientales, du Conservatoire d'Istanbul jusqu'à celui de Moscou. Il fera la connaissance de Jamil et Mounir Bachir, deux grands virtuoses irakiens, mondialement connus pour leur art du luth-oud.

    L'œuvre de toute une vie, qui n'a pas été reconnue à sa juste valeur. Débouté du CNRS et de France Culture, l'homme n'est pas facile, il se revendique anarchiste de droite. Lui qui regrette avoir toujours été «censuré» s'est même agacé de mes «questions de journaliste», accusées de ne pas suffisamment contextualiser. Sa priorité, son obsession devrais-je dire, est dorénavant de pouvoir transmettre un trésor inestimable, le fonds C.H.R.I.S.T.O.S. (centre pour l'histoire, la recherche, l'illustration, la sauvegarde des traditions de l'orient spirituel), comprenant 80.000 photos et 500 vidéos de liturgies ou de cultes chrétiens. Une œuvre qui retranscrit ainsi l'histoire de ces minorités en voie de disparition.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    massacre, autochtones, musicologie, syriaques orthodoxes, chaldéens, chrétiens d'Orient, minorités, Yazidis, génocide arménien, islam, musulmans, Kurdes, Etat islamique, Mohammad Reza Pahlavi, Mustafa Kemal Atatürk, ayatollah Khomeini, Saddam Hussein, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Tigre, Maaloula, Euphrate, Téhéran, Bagdad, Kurdistan, Istanbul, Proche-Orient, Damas, Yougoslavie, Turquie, Iran, Syrie, Hongrie, Paris, Irak, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik