International
URL courte
36568
S'abonner

De nouvelles sanctions américaines pourraient devenir le prix que les Russes «paieraient» pour la présence d’une centaine de leurs militaires au Venezuela, a indiqué l’envoyé spécial des États-Unis, Elliott Abrams, cité par la BBC.

L’administration américaine étudie les possibilités de réagir au soutien militaire apporté par Moscou au Président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré vendredi à la BBC l’envoyé spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams.

«Nous avons un document d'options sur ce qui peut être fait dans les relations entre les États-Unis et la Russie. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire en termes économiques, en termes de sanctions», a indiqué M.Abrams.

M.Abrams a reconnu que l’arrivée d’une centaine de spécialistes militaires russes au Venezuela était plutôt un geste symbolique et politique, vu leur nombre insignifiant.

L’envoyé américain avait précédemment indiqué que «les Russes [paieraient] le prix» de leur présence militaire dans le pays et que le secrétaire d'État, Mike Pompeo, étudiait d'ores et déjà les options de réaction possibles.

Le 24 mars, des médias avaient relayé l’information que 99 militaires russes étaient arrivés à Caracas à bord de deux avions de transport, avec 35 tonnes de fret. Commentant mercredi l'arrivée de ces soldats, le Président Trump a déclaré que la Russie devait quitter le Venezuela, ajoutant que «toutes les options» étaient ouvertes pour parvenir à ce résultat. Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araujo, a aussi appelé la Russie à retirer ses spécialistes militaires.

Dmitri Peskov, le porte-parole du Président russe, a commenté jeudi 28 mars cet appel de Donald Trump, en rappelant que les États-Unis étaient présents dans de nombreux pays, mais que personne ne leur indiquait de lieux où ils ne devaient pas être. Selon lui, la Russie compte aussi sur le respect de son droit d'avoir des relations bilatérales avec des pays étrangers. En effet, l'arrivée de ses représentants au Venezuela est régie par des accords de coopération technico-militaire passés entre les deux pays.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
présence militaire russe, sanctions, BBC, Nicolas Maduro, Elliott Abrams, Venezuela, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook