Ecoutez Radio Sputnik
    Diego Maradona

    «Les shérifs du monde que sont ces Yankees»: Maradona dénonce l’ingérence US au Venezuela

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    10781

    Le célèbre footballeur argentin Diego Maradona a apporté son soutien au Président vénézuélien Nicolas Maduro, dénonçant la politique des «shérifs du monde» adoptée par États-Unis.

    Le légendaire footballeur argentin Diego Maradona a dédié la victoire de son club Dorados de Sinaloa à Nicolas Maduro et a fustigé la politique adoptée par les États-Unis face au Venezuela.

    «C'est un triomphe que je veux dédier à Nicolas Maduro et à tout le Venezuela qui souffre», a déclaré l'entraîneur lors de la conférence de presse d'après match.

    «Les shérifs du monde que sont ces Yankees qui, parce qu'ils ont la bombe la plus puissante du monde, pensent qu'ils peuvent nous piétiner. Non, pas nous», a-t-il poursuivi.

    Diego Maradona est connu pour son soutien au Président vénézuélien Nicolas Maduro. L'année dernière, après l'attaque d'un drone contre Maduro et d'autres responsables du gouvernement, la star du football avait déclaré que la tentative d'attentat envers le dirigeant vénézuélien était «un attentat contre la nation».

    Maradona entretenait également des liens d'amitié étroits avec l'ancien président Hugo Chavez, mort en 2013, comme avec le leader de la révolution cubaine Fidel Castro, décédé en 2016.

    La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu comme «Président par intérim».

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    Tags:
    Diego Maradona, Nicolas Maduro, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik