International
URL courte
2311
S'abonner

Le commandant de l’Armée nationale libyenne Khalifa Haftar a promis de poursuivre son opération sur Tripoli dont il avait annoncé le début jeudi, rapporte la chaîne Al Arabiya.

Lors d'une réunion avec le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres en visite en Libye, le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) Khalifa Haftar a promis de poursuivre son opération sur Tripoli jusqu'à l'«élimination complète du terrorisme».

Pour sa part, le secrétaire général des Nations unies a déclaré qu'il quittait la Libye «le cœur lourd et profondément inquiet».

​«J'espère toujours qu'il est possible d'éviter une confrontation sanglante à Tripoli et dans sa région», a déclaré M.Guterres tout en soulignant l'attachement de l'Onu à une solution politique de la crise en Libye.

Le secrétaire général de l'Onu a rencontré le maréchal Haftar vendredi à Benghazi, dans l'est du pays. La veille, le commandant de l'ANL avait ordonné à ses forces de marcher sur Tripoli, la capitale libyenne où siège le gouvernement reconnu par la communauté internationale.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli d'un gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar.

Lire aussi:

Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Tags:
offensive, crise, confrontation, combat, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Armée nationale libyenne (ANL), ONU, Fayez el-Sarraj, Antonio Guterres, Mouammar Kadhafi, Khalifa Haftar, Tripoli (Libye), Benghazi, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik