Ecoutez Radio Sputnik
    Kosovo

    «La plus forte quantité d’uranium appauvri a été larguée sur le Kosovo»

    © REUTERS / Hazir Reka
    International
    URL courte
    10732

    L’Otan a bombardé la Serbie du 24 mars au 10 juin 1999, larguant sur son territoire 9 à 10 tonnes d'uranium appauvri. Le ministre serbe de l'Environnement, Goran Trivan, a expliqué à Sputnik la nécessité de prouver le lien entre ces bombardements d’il y a 20 ans et la hausse des cancers constatée actuellement sur ces terres.

    Les gens ont le droit de préserver leur vie et leur santé, ainsi que celles de leurs enfants. Aussi, les autorités syriennes s'appliquent-elles à les aider à formuler des accusations contre l'Otan, a déclaré à Sputnik le ministre serbe de l'Environnement, Goran Trivan.

    «Nous comprenons que cette étude [des conséquences de l'usage de munitions radioactives, ndlr] sera le seul argument de poids pour tous ceux qui voudraient demander justice à la cour. […] La tâche est de prouver scientifiquement que l'uranium appauvri contribue au développement des cancers et entraîne d'autres graves problèmes de santé», a-t-il poursuivi.

    Et d'ajouter que l'actuel gouvernement serbe disposait de suffisamment de ressources et de la volonté politique nécessaire pour mener à bien ce travail.

    «C'est pourquoi une structure de coordination a été créée […] qui ne manquera pas de soutien financier», a assuré le ministre.

    Selon lui, Belgrade insistera pour que cette étude soit également menée sur le territoire du Kosovo, ce qui n'a rien à voir avec la politique. C'est le Kosovo qui a souffert le plus des munitions radioactives de l'Otan qui s'était mise à «défendre» les Albanais kosovars en 1999.

    «La plus forte quantité d'uranium appauvri a été larguée sur le Kosovo. Les gens là-bas savent bien dans quelles conditions ils vivent et d'où vient une telle hausse des cancers parmi la population locale. Les ONG kosovares se posent elles aussi toutes ces questions, parce que la pollution d'où qu'elle provienne ignore les frontières nationales», a relevé M.Trivan.

    Et d'espérer à cette occasion une coopération entre Belgrade et Pristina concernant l'étude des conséquences des bombardements d'il y a 20 ans.

    Au mépris de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu, pendant onze semaines en 1999, l'Otan a bombardé la Yougoslavie, territoire comprenant notamment la Serbie et le Monténégro actuels, et a fait, selon Belgrade, environ 2.500 morts, dont 89 enfants, et 12.500 blessés. Les avions de l'Otan ont largué 9 à 10 tonnes d'uranium appauvri sur le territoire serbe, fait reconnu même par les membres de l'Alliance. Ce qui a pour résultante, qu'avec 5.500 cas de cancer enregistrés pour un million d'habitants, la Serbie arrive de nos jours en première position en Europe pour le nombre de décès dus à cette maladie.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    ONG, habitants locaux, oncologie, maladie, blessés, munitions, bombardement, uranium appauvri, cancer, gouvernement serbe, OTAN, Goran Trivan, Monténégro, Yougoslavie, Pristina, Kosovo, Belgrade, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik