International
URL courte
13204
S'abonner

Lors du débat du 4 avril sur France 2, avant les élections au Parlement européen, les têtes de liste de 9 des 12 partis politiques français se sont prononcées contre l’adhésion de la Serbie à l’UE. Et la parole de la France y est évidemment celle de poids, a signalé à Sputnik Vladislav Jovanovic, ancien ministre yougoslave des Affaires étrangères.

Sans avoir reconnu le Kosovo, la Serbie n'aura aucune chance d'adhérer à l'Union européenne et seuls les Serbes doivent décider d'échanger ou non leur province contre le privilège d'appartenir «formellement» à la communauté européenne, a déclaré à Sputnik Vladislav Jovanovic, ancien ministre yougoslave des Affaires étrangères.

«Quel que soit le nouveau Parlement européen, il exigera que nous reconnaissions le Kosovo, c'est-à-dire notre capitulation. Sans cela, nous n'aurons tout simplement aucune chance de faire partie de l'UE. Aussi, devons-nous nous rendre bien compte que c'est une condition sine qua non. C'est pourquoi nous ne devons ni nous attendre à ce que la manne tombe du ciel ni à une autre surprise agréable», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'à l'heure actuelle, même sans la Serbie, l'Union européenne est confrontée à tout un écheveau de problèmes et de contradictions à commencer par des complications dans ses relations avec les États-Unis, jusqu'à l'aggravation des rapports politiques et économiques avec la Russie.

«Dans ces conditions, il serait pour le moins naïf de s'attendre à ce que les Européens saluent l'élargissement ultérieur de l'UE. Cela signifierait ajouter à leurs propres problèmes ceux des pays des Balkans, pauvres et accablés de problèmes insolubles, qui ne tarderont pas par ailleurs à demander de l'argent», a poursuivi l'ancien chef de la diplomatie yougoslave.

Il a également affirmé qu'il n'y aura aucune intégration européenne pour Belgrade avant qu'il ne reconnaisse l'indépendance du Kosovo.

«Si nous le faisons, nous serons l'unique pays de ces 200 dernières années à avoir sacrifié une partie de son propre territoire national en échange de l'adhésion dans une organisation quelconque. Et sans reconnaître un Kosovo indépendant, nous n'avons pratiquement aucune chance d'adhérer à l'Union européenne», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

La Serbie a déposé sa candidature d'adhésion à l'Union européenne le 23 décembre 2009. Les négociations d'adhésion de la Serbie à l'UE patinent toujours, Belgrade refusant catégoriquement de donner son aval à l'adhésion du Kosovo à des organisations internationales.

Lire aussi:

Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Plusieurs individus soupçonnés de préparer un attentat interpellés à Brest
Tags:
adhésion à l'UE, indépendance, reconnaissance, problèmes, élections européennes, débats, tête de liste, France 2, Union européenne (UE), Sputnik, Parlement européen, Vladislav Jovanovic, Russie, États-Unis, Balkans, France, Kosovo, Belgrade, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik