Ecoutez Radio Sputnik
    Congrès américain

    «La menace russe en Europe»? Un colonel US explique qui en profite

    © Sputnik . Igor Mikhalev
    International
    URL courte
    14680

    Le colonel en retraite de l’Armée US Douglas Macgregor a déclaré sur Fox News que pour le moment il n’existait aucune «menace «imminente» de la part de la Russie, si bien qu’un déploiement de troupes américaines en Europe n’était pas justifié. Selon lui, ce ne sont que certains groupes d’intérêt au sein de la classe dirigeante qui en profitent.

    Les États-Unis n'ont pas besoin de déployer de troupes supplémentaires en Europe et en Asie car il n'y a aucune «menace imminente» dans la région. Au lieu de cela, Washington devrait concerter ses troupes à la frontière avec le Mexique, a indiqué dans une interview donnée sur Fox News le consultant militaire Douglas Macgregor.

    «Il n'y a pas de militaires russes qui se rassemblent à la frontière avec l'Europe pour préparer une attaque contre l'Occident et pour conquérir l'Europe. Il n'y a pas de militaires chinois qui se rassemblent à la frontière avec l'Asie du Sud-Est, ni à la frontière avec la péninsule coréenne, pour envahir le Vietnam et la Thaïlande. Ainsi, il n'y aucun pays représentant une menace imminente», a-t-il expliqué.

    Cependant, il a tenu à souligner qu'il existait certains groupes d'intérêt qui cherchaient à déployer des troupes américaines supplémentaires à l'étranger. «La classe dirigeante reçoit de l'argent de la part de tels groupes. Il existe un lobby qui dispose d'énormes sommes d'argent et qui paie des fonctionnaires au Capitol pour que ceux-ci donnent leur feu vert à tout projet visant à déployer des troupes américaines à l'étranger. La présence de troupes américaines à l'étranger est, ainsi, juste un distributeur de billets», a fustigé le colonel en retraite.

    Il a en revanche appelé à concerter davantage de militaires américains à la frontière avec le Mexique en vue de stopper le flux migratoire actuel.

    Depuis le début de sa campagne électorale, Donald Trump promet régulièrement de durcir la politique migratoire américaine et de renforcer les contrôles à la frontière sud des États-Unis. Il avait signé un décret sur la construction d'un mur à cette frontière cinq jours après la cérémonie de son investiture. Toutefois, le Congrès américain n'a toujours pas débloqué les fonds requis.

    Après que Donald Trump a déclaré l'«urgence nationale» pour débloquer ces fonds supplémentaires et construire le mur, 16 États américains avec à leur tête la Californie ont porté plainte contre le Président états-unien afin de contester sa décision.

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    menace russe, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik