Ecoutez Radio Sputnik
    Des semences (image d'illustration)

    Quand des semences de réserves russes viennent en aide à l’agriculture française

    CC0 / congerdesign
    International
    URL courte
    Julia Belyakova
    9663

    Le projet Vavilov, initié par des chercheurs et des passionnés français avec le soutien de l'Institut Vavilov, tend à faire renaître la culture traditionnelle des plantes agricoles. Une station de recherche expérimentale ouvrira ses portes près de Lyon. Les chercheurs des deux pays ont expliqué à Sputnik les tenants et aboutissants du projet.

    Aujourd'hui, la culture d'une plus grande diversité de plantes, susceptible d'enrichir la qualité des cultures mondiales et de nourrir l'humanité, est particulièrement d'actualité.

    «Cette érosion de la diversité végétale nous met en grand danger. […] Et en fait c'est par cette diversité végétale-là que l'on sera capable toujours de trouver des solutions demain pour s'adapter justement à ces différents changements. Et si on restreint nos variétés végétales pour chaque espèce à quelques variétés, on prendra un gros risque un jour, surtout si l'on veut cultiver sans pesticides, de ne plus pouvoir obtenir la production nécessaire pour pouvoir nourrir la planète», a expliqué au micro de Sputnik le président du Fonds pour la diversité biologique De Natura Benoît Lambrey.

    A la recherche d'une solution, les spécialistes français ont décidé de rétablir la diversité des cultures végétales, qui s'est considérablement réduite voire perdue au cours des dernières décennies. C'est alors que les représentants des fondations et associations françaises, notamment CRBA, TARVEL, De Natura et Perma'Cité, ont demandé l'aide de l'Institut Vavilov. Parmi les cultures françaises perdues que les scientifiques russes et français tenteront de recréer ensemble pourraient se trouver les «haricots de Lyon» et le chou «quintal d'Auvergne», selon les informations de l'AFP.

    «L'institut Vavilov depuis 130 ans maintient une riche variété avec cette même vision de l'importance de la biodiversité [que la nôtre, ndlr]. Toutes ses variétés sont maintenues avec des collections vivantes, les semences, elles restent vivantes, elles ne sont pas au congélateur», a relaté Benoît Lambrey.

    Jeudi 11 avril, dans le cadre de la coopération entre les chercheurs français et russes et avec le soutien de la mairie de Lyon, sera donné le départ au projet de création de la station expérimentale Vavilov. Elle aura pour mission de rechercher et de recréer les anciennes sortes de cultures végétales qui étaient cultivées auparavant sur des territoires concrets avant de disparaître avec le temps.

    Selon l'AFP, les trois variétés seront semées en pot pour l'occasion, y compris le maïs de Bresse, un tournesol russe à plusieurs tiges et plusieurs fleurs, ainsi qu'un haricot grimpant. Heureusement, de nombreux échantillons de ces plantes sont conservés à ce jour dans des banques de données génétiques, notamment dans la collection de l'Institut Vavilov de Saint-Pétersbourg.

    «C'est une station à la fois de conservation et une station expérimentale qui va nous permettre donc à petite échelle de tester, observer, dans des conditions de mise en culture, on va dire, différentes, mais croisées avec une ou d'autres stations Vavilov en Russie, sur les mêmes variétés végétales, de tester leur mise en culture et de les observer de façon concomitante pour en tirer des enseignements par rapport à trois enjeux dont: capacité à être cultivé et à être productif sans pesticides, capacité à produire des qualités nutritives intéressantes, qu'on est en train de perdre, pour l'alimentation humaine, et capacité à résister à des à-coups climatiques, donc fortes températures ou variations de température extrêmes», fait savoir le président du Fonds De Natura.

    L'Institut Vavilov, qui possède et étudie l'une des plus grandes collections de ressources génétiques de l'ensemble des plantes, a répondu à la proposition de coopération avec les Français.

    «Depuis sa création, l'Institut Vavilov développe la coopération internationale, et à notre époque la coopération active, aussi bien pour l'étude de ressources génétiques que pour la promotion de l'école scientifique russe de génétique et de sélection, ainsi que directement du nom de Nikolaï Vavilov, fait partie des priorités de l'Institut Vavilov. L'exploit de notre grand compatriote était lié à son rêve de faire en sorte que l'humanité mange à sa faim et d'éviter la famine», a déclaré à Sputnik Alexeï Zavarzine, directeur adjoint du travail de recherche et d'organisation à l'institut.

    Au nom du collectif français, Benoît Lambrey a également commenté le travail avec l'Institut Vavilov en appréciant le travail de ses chercheurs, et il a parlé des trois secteurs dans lesquels les Français collaboraient avec les collègues russes.

    «En fait, il y a trois champs de coopération avec l'Institut. Le premier champ de coopération, c'est de partager la conservation des variétés françaises. Donc, on avait certaines variétés au Centre de Ressources de Botanique Appliquée que l'Institut Vavilov n'avait pas et donc on a fait un double de la collection pour que l'Institut Vavilov puisse l'avoir. Et, il y a des variétés françaises qui petit à petit effectivement vont revenir en France. Le deuxième champ de coopération, c'est la partie recherche scientifique: expérimentation. Et le troisième champ de coopération, c'est tout ce qui touche à la sensibilisation autour du sujet de la biodiversité.»

    A la question de savoir comment serait organisée la coopération autour de la station expérimentale de Lyon, Benoît Lambrey a expliqué que les deux parties mèneraient des recherches et des études conjointes.

    «On va définir ensemble chaque année un programme expérimental sur un certain nombre de végétaux qui nous paraissent intéressants, et l'Institut et nous. Et, donc, par rapport à ce programme-là, après, on va faire en sorte de partager les semences qui correspondent aux variétés végétales qu'on a retenues. Et puis, on va les mettre en culture ensemble et on va les observer ensemble.»

    De son côté, Alexeï Zavarzine a expliqué quelle était l'utilité des études menées conjointement.

    «En 100 ans, la situation aussi bien dans la région de Lyon que dans les régions russes comparables a également changé, c'est pourquoi les études conjointes sur les sortes de différentes régions pourraient permettre de trouver les plantes possédants des signes importants pour la sélection actuelle et créer sur leur base de nouvelles sortes de plantes adaptées, bonnes et utiles.»

    L'agriculture urbaine

    La question relative à l'agriculture urbaine est également à l'ordre du jour en France. Compte tenu de la croissance des villes et du renforcement de leur rôle dans la vie quotidienne, les spécialistes français essaient de trouver le moyen de cultiver différentes plantes sur les terrasses des immeubles. La coopération avec l'Institut Vavilov et l'ouverture de la station expérimentale aideront également à trouver des réponses à de nombreuses questions en la matière, affirme Benoît Lambrey.

    «En France, sur Lyon, mais aussi dans d'autres grandes villes, on se pose la question de ce qu'on appelle l'agriculture urbaine. Comment produire des fruits et légumes pour l'alimentation humaine en situation urbaine? Donc, par exemple, comment utiliser les terrasses pour les rendre productives par rapport à cela? Donc, évidemment, quand on cultive en terrasse, on est fortement exposés au soleil, au vent, etc. Le sol est quand même moins riche qu'en plein champ, etc. Et donc, expérimenter et trouver des variétés, par exemple, sur la station Vavilov à Lyon, trouver des variétés qui sont propices à la culture en terrasse, cela c'est, par exemple, un champ intéressant à expérimenter et à creuser avec la coopération des scientifiques de l'Institut Vavilov qui sont quand même de très haut niveau. Et c'est cela aussi qui nous intéresse.»

    Les «jardins Vavilov»

    Ces dernières années, dans le cadre de la coopération entre le collectif français et l'institut russe, plusieurs «jardins Vavilov» ont été ouverts en France.

    «La biodiversité est la raison pour laquelle on essaie de mettre en place des jardins connectés Vavilov dans différents endroits en France pour expliquer ce que fait l'Institut Vavilov en Russie et expliquer aussi le sujet de la biodiversité, le sujet des variétés végétales, expliquer simplement qu'une pomme de terre ne ressemble pas forcément à une autre et qu'il n'y a pas que trois variétés de pomme de terre dans le monde, mais qu'il y en a plus de dix mille, dont huit mille à l'Institut Vavilov. Pour faire prendre conscience de tout cela et des enjeux que cela représente au plus grand nombre de gens», relate Benoît Lambrey.

    Alexeï Zavarzine a expliqué quelles plantes étaient cultivées dans ces «jardins Vavilov»:

    «Dans les jardins Vavilov, les visiteurs peuvent voir la diversité de cultures agricoles intéressantes, tant bien de différentes régions du monde que de Russie ou liées à la culture russe, par exemple le sarrasin. Et il y a forcément des sortes traditionnelles de la région où ce jardin a été mis en place. Par exemple, en automne 2018, nous avons ouvert un tel jardin en banlieue parisienne, et il y avait de nombreuses anciennes sortes cultivées précisément aux abords de Paris, notamment le concombre dit «parisien». Ainsi, il y a également l'idée d'attachement à la région d'origine via les plantes», conclut le spécialiste.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    végétalien, jardin, plantes, botanique, génétique, famine, alimentation, biodiversité, chercheurs, nourriture, agriculture, Lyon, Saint-Pétersbourg, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik