Ecoutez Radio Sputnik
    Mouammar Kadhafi, archives

    Pourquoi la Libye exige de Pretoria qu’il lui restitue les millions de Kadhafi?

    © Sputnik . Alexsey Druginyn
    International
    URL courte
    7113
    S'abonner

    Jacob Zuma a démenti avoir touché des millions de dollars du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi mort en 2011. L’ex-Président d’Afrique du Sud a ainsi réagi à une publication dans la presse locale, selon laquelle Pretoria aurait été invité à rendre cet argent. Un politologue sud-africain s’est confié à Sputnik sur l’éventuelle origine de ces rumeurs.

    L'hebdomadaire sud-africain Sunday Times a annoncé que les autorités libyennes avaient déjà demandé au Président Cyril Ramaphosa de leur rendre l'argent de Mouammar Kadhafi. C'est la deuxième fois que la Libye affirme que son ancien «guide» cachait de l'argent liquide en Afrique du Sud. En 2013, Pretoria a accepté de rendre près d'un milliard de dollars aux autorités libyennes autoproclamées.

    «Cette information demande encore confirmation, mais les données actuelles permettent de supposer que pendant le "printemps arabe" en Libye, Mouammar Kadhafi aurait demandé au Président Zuma de garder son argent en Afrique du Sud», a déclaré à Sputnik Dirk Kotze, professeur sud-africain en science politique.

    Il avance que Mouammar Kadhafi aurait estimé que cet argent pourrait lui servir au cas où il serait arrêté et traduit devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

    «De toute évidence, au début de cette année, le Président Zuma aurait gardé cet argent dans sa résidence privée au Kwazulu-Natal, assez éloignée de Pretoria et de Johannesburg. Ensuite, d'après certaines informations, l'argent aurait été transféré au Swaziland, aujourd'hui rebaptisé Eswatini. Ce sont toutes les informations dont nous disposons pour le moment», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que Mouammar Kadhafi avait par tradition des liens étroits avec certains partis et mouvements politiques en Afrique du Sud.

    «Ce n'était pas tellement avec l'actuel Congrès national africain (ANC), mais plutôt avec d'autres mouvements de libération, notamment avec le Congrès panafricain (PAC). Après 1994 et la fin de l'apartheid, le Président Mandela aspirait à promouvoir d'étroites relations avec la Libye», a détaillé le politologue.

    Il a également rappelé que l'ancien Président Zuma avait lui aussi établi des liens étroits avec la Libye.

    «D'après certaines rumeurs, il aurait même remporté les élections à l'ANC face à l'ex-Président Mbeki grâce à l'argent de Kadhafi et de l'Angola, donnant l'impression que des rapports personnels existaient entre Zuma et Kadhafi. À mon avis, il n'est pas à exclure que ce soit justement de ce point de vue qu'on devrait évaluer la dernière information», a supposé le Sud-Africain.

    Déjà accusé d'avoir largement profité financièrement de son passage au pouvoir, l'ex-Président sud-africain Jacob Zuma est désormais soupçonné d'avoir touché 30 millions de dollars du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, ce qu'il nie toujours farouchement.

    Le 7 avril, le Sunday Times a publié un article selon lequel Jacob Zuma possédait 30 millions de dollars de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Selon le média, cet argent aurait été caché dès 2011 dans la résidence privée de M.Zuma avant d'être transféré en Eswatini, l'ancien Swaziland, et que le roi Mswati III en était informé.

    La fortune de Mouammar Kadhafi ne cesse d'alimenter les polémiques sur le continent africain et au-delà. Par ailleurs, un rapport du Conseil de sécurité de l'Onu, paru en 2017, faisait état de plusieurs milliards de dollars appartenant à la Libye qui seraient dispersés dans plusieurs pays africains, dont une grande partie en Afrique du Sud. Quoi qu'il en soit, le flou plane toujours sur le sort de cet argent.

    Tags:
    rumeurs, printemps arabe, argent liquide, médias, Congrès panafricain (PAC), Congrès national africain (ANC), The Sunday Times, Cour internationale de justice (CIJ), Conseil de sécurité de l'Onu, Dirk Kotze, Cyril Ramaphosa, Nelson Mandela, Jacob Zuma, Mouammar Kadhafi, Kwazulu-Natal, Eswatini, Pretoria, Johannesburg, Afrique du Sud, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik