Ecoutez Radio Sputnik
    Beyrouth

    La France aurait mis en garde le Liban contre une possible attaque israélienne

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    203012

    La partie française a prévenu le Liban qu’une possible attaque de l’armée israélienne visant une usine de missiles du Hezbollah pouvait survenir, selon le journal Al-Hayat.

    Des officiels français ont averti le Liban d’une possible attaque israélienne visant un site de fabrication de missiles de précision du Hezbollah, affirme le journal Al-Hayat se référant à des sources arabes.

    D’après le journal arabophone basé à Londres, la partie française a souligné que l’État hébreu ne tolérerait pas l’existence d’une structure de fabrication de missiles soutenue par l’Iran sur le territoire libanais.

    Précédemment, les médias avaient rapporté que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait prévenu le Premier ministre libanais Saad Hariri que les agissements du groupe chiite et de l’Iran représentaient une menace pour Israël aussi bien que pour le Liban.

    En 2018, le chef du gouvernement israélien Benyamin Netanyahou avait rendu publiques plusieurs photos de ce qu’il décrivait comme une usine de missiles du Hezbollah se trouvant dans le sud de Beyrouth. Le secrétaire général du mouvement Hassan Nasrallah a ensuite rejeté ces allégations.

    Le dernier conflit majeur entre Israël et le Liban remonte à la seconde guerre du Liban, en 2006. Selon l’État hébreu, le Hezbollah œuvre à installer des usines à Beyrouth qui serviront à produire des missiles de précision destinés à frapper Israël.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    attaque, usine de missiles, missiles, Hezbollah, Hassan Nasrallah, Saad Hariri, Mike Pompeo, Benjamin Netanyahu, Iran, Beyrouth, France, Israël, Liban
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik