International
URL courte
9476
S'abonner

Les sanctions US s’empilent et l’Iran a décidé de renforcer ses relations économiques avec la Russie, l’Inde et la Chine, et les développe également avec d’autres pays, a déclaré à Sputnik le président de la Commission économique du Parlement iranien, soulignant que les sanctions pouvaient faire du pays une puissance économique.

Mohammad Reza Pour Ebrahimi, président de la Commission économique du Parlement iranien, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik que les Européens n'avaient pas la volonté de remplir leurs obligations vis-à-vis l'Iran et ce en raison du nouveau mécanisme de commerce qu'ils proposaient.

«Avant 2018, les Européens étaient opposés au lancement de leur mécanisme Special Purpose Vehicle (SPV), destiné à préserver les liens commerciaux et économiques de l'UE avec l'Iran dans le contexte des sanctions états-uniennes. Ils ont ensuite proposé de créer le mécanisme Instex qui limite les opérations bancaires dans des domaines spécifiques: la possibilité de ne commercer que des médicaments et produits alimentaires», a-t-il déclaré.

Toutefois, ce mécanisme est inacceptable car l'Iran n'a besoin ni de médicaments ni d'aliments, a poursuivi M.Ebrahimi, le pays ne compte donc pas sur Instex. Il avance que les autorités iraniennes considèrent cette démarche des Européens comme un refus de remplir leurs obligations sur le plan d'action global.

Par ailleurs, il a affirmé que les États-Unis prévoyaient de paralyser l'économie iranienne pendant six mois au prix de sanctions, mais ils ont échoué.

«L'Iran a renforcé ses relations commerciales avec la Russie, l'Inde et la Chine et les développe activement avec d'autres pays. Par conséquent, les sanctions américaines à long terme peuvent faire de l'Iran une puissance économique», estime-t-il.

En ce qui concerne les entreprises qui, à cause des sanctions américaines, ont quitté l'Iran, Téhéran les a remplacées par des entreprises alternatives, a affirmé le responsable, donnant comme exemple une société pétrolière qui approvisionne entièrement le pays en essence.

«Bien sûr, les sanctions ont influencé le développement de cette industrie, mais il n'y a pas eu d'échec particulier. Ma prédiction est le retour après un certain temps des entreprises qui ont quitté l'Iran, car l'Iran a un marché fort et un retour sur investissement élevé», assure-t-il.

L'Iran continuera à entretenir des relations économiques avec les pays voisins, a-t-il insisté, notant que l'Iran et l'Irak avaient conclu de nombreux accords, «ce qui démontre que les Irakiens ne suivent pas les sanctions américaines contre l'Iran».

«Il en va de même pour la Russie. Dans ses relations économiques, l'Iran donne la priorité aux alliés et aux pays voisins et effectue des opérations commerciales et économiques en euros», a conclu M.Ebrahimi.

Lundi 22 avril, la Maison-Blanche a annoncé que Donald Trump avait décidé de mettre fin dès le 2 mai aux dérogations qui permettaient encore à huit pays (Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Taïwan, Italie et Grèce) d'importer du brut iranien, pour «porter à zéro les exportations» et «priver le régime de sa principale source de revenus».

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
sanctions économiques, Inde, Russie, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook