International
URL courte
3635
S'abonner

Selon un tweet publié par le Président Nicolas Maduro, Donald Trump «ne passera pas» au Venezuela, le pays faisant courageusement face «à l’agression des impérialistes et de leurs fantoches».

Le Président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré mardi que Donald Trump n'atteindrait jamais ses objectifs dans son pays.

«Il ne passera pas!» a-t-il affirmé dans un tweet, l'accompagnant d'une référence à un article de journal.

Il ne passera pas! C'est le message de l'édition N203 du journal @CuatroFWeb, qui nous parle de nos grands efforts pour faire face à l'agression des impérialistes et de leurs fantoches.

La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays», prêtant serment dans la rue. Plus d'une cinquantaine de pays, les États-Unis en tête, l'ont reconnu comme chef d'État légitime. Par la suite, Donald Trump a déclaré dans une interview à la chaîne CBS qu'il n'excluait pas l'envoi de soldats états-uniens au Venezuela.

La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont apporté leur soutien à Nicolas Maduro et Moscou a mis l'Occident en garde contre une intervention militaire au Venezuela.

Nicolas Maduro a plus d'une fois accusé Washington d'actions hostiles à son pays et a rompu les relations diplomatiques avec les États-Unis.

Lire aussi:

Des sportifs américains aux JO s’en prennent aux athlètes russes après des défaites
Une ministre traite Asselineau et Philippot de «losers», ces derniers s’insurgent
La situation «dramatique» en outre-mer est «un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole»
Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Tags:
Venezuela, États-Unis, Russie, Chine, Moscou, Washington, Occident, Nicolas Maduro, Donald Trump, Juan Guaido, Twitter, Inc, CBS, crise politique, opposition, prestation de serment, interview, soldats, relations diplomatiques, agression
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook