Ecoutez Radio Sputnik
    Attaques du Sri Lanka

    Attaques au Sri Lanka: la menace pèse-t-elle sur tous les lieux touristiques?

    © REUTERS / Dinuka Liyanawatte
    International
    URL courte
    Explosions dans des hôtels et églises au Sri Lanka (35)
    223
    S'abonner

    L’Inde, les Maldives, le Kenya et la Tanzanie sont les plus exposés au risque d’attentats similaires à ceux qui ont fait plus de 250 morts au Sri Lanka, affirment des sources contactées par The Sunday Telegraph.

    Après le carnage perpétré au Sri Lanka, les terroristes pourraient s’en prendre à d’autres destinations touristiques populaires, rapporte The Sunday Telegraph se référant à des employés des services de renseignement britanniques.

    Selon les interlocuteurs du journal, la défaite et l’effondrement du «califat» de Daech* a laissé à ses idéologues les mains libres pour planifier des attentats «spectaculaires» ailleurs. D’après eux, les djihadistes ayant fui l’Irak et la Syrie pourraient orchestrer des attaques visant les lieux de vacances populaires à travers le monde.

    Citant ses sources, le journal nomme l’Inde, les Maldives, le Kenya et la Tanzanie comme les pays les plus exposés au risque de tels attentats. Dans le même temps, des attaques de «loups solitaires» semblables à celles perpétrées ces dernières années à Nice, Paris ou Londres sont toujours à craindre, selon les officiels.

    Les attentats menés à Pâques contre des églises et des hôtels de luxe au Sri Lanka, ex-colonie britannique peuplée de 21 millions d’habitants majoritairement bouddhistes, ont coûté la vie à 253 personnes la semaine dernière. Les autorités ont imputé la responsabilité du massacre à un groupe islamiste local affilié à Daech*, qui a revendiqué la carnage.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Explosions dans des hôtels et églises au Sri Lanka (35)
    Tags:
    Syrie, Irak, renseignement, djihadisme, attentat, terrorisme, Daech, Kenya, Tanzanie, Maldives, Inde, Sri Lanka
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik