International
URL courte
6380
S'abonner

En réponse aux sanctions décrétées par les États-Unis, l'Iran pourrait éventuellement se retirer du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), a déclaré le chef de la diplomatie iranienne, ajoutant que les responsables du pays étaient en train «de délibérer» sur les différentes options.

L'Iran pourrait envisager de quitter le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) dans le cadre de mesures prises en réaction à une nouvelle série de sanctions américaines contre le pays, a indiqué dimanche 28 avril le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, cité par la télévision d'État.

«La République islamique a de nombreux choix et [sortir, ndlr] du TNP en est un», a-t-il souligné, avant d'ajouter: «Les responsables du pays sont en train de délibérer» sur le sujet.

Le 22 avril, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a annoncé que Washington mettrait fin dès le 2 mai aux dérogations qui permettaient encore à certains pays, dont la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie et la Grèce, d'importer du brut iranien.

Le ministère russe des Affaires étrangères s'était pour sa part récemment félicité de l'endurance manifestée par l'Iran face aux provocations des États-Unis.

Washington a réimposé depuis août, en deux salves, des sanctions économiques contre Téhéran, conséquence de la décision de Donald Trump de dénoncer unilatéralement l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à l'issue d'âpres négociations.

Lire aussi:

Fraude sociale: les milliards perdus de la Sécu
Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Un outil de «pistage»? À quoi sert en réalité la puce RFID de certains masques
Tags:
sanctions contre l'Iran, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), provocation, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), pétrole, ministère russe des Affaires étrangères, Mike Pompeo, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, Téhéran, Washington, Italie, Turquie, Corée du Sud, Grèce, Iran, Chine, Japon, Inde, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook