Ecoutez Radio Sputnik
    Quai d'Orsay

    La France invite l’Iran à continuer de respecter les accords sur le nucléaire

    © AFP 2019 Clemens Bilan
    International
    URL courte
    11034

    Paris invite Téhéran à continuer de respecter l’ensemble de ses obligations nucléaires, a déclaré le Quai d’Orsay après que Donald Trump a imposé de nouvelles sanctions contre l’Iran.

    La France a exprimé sa «préoccupation» après la décision de l'Iran de s'affranchir d'engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015, a déclaré mercredi 8 mai le Quai d'Orsay, Donald Trump ayant imposé de nouvelles sanctions contre l'Iran.

    «Il importe d'éviter toute action qui empêcherait la mise en œuvre de leurs obligations par les parties aujourd'hui engagées dans l'accord ou qui alimenterait une escalade», a indiqué dans une déclaration le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Olivier Gauvin.

    Paris a appelé à éviter toute action «qui alimenterait une escalade» après cette décision de Téhéran.

    Il invite «fermement l'Iran à continuer de respecter l'ensemble de ses obligations nucléaires au titre de cet accord […] et à s'abstenir de toute mesure qui le placerait en violation de ses engagements», note le document.

    «La France reste déterminée à travailler en faveur de la préservation et du maintien des circuits financiers et des exportations de l'Iran, conjointement avec les pays tiers intéressés», indique encore le ministère.

    Washington a instauré des sanctions à l'encontre de l'Iran et portant sur certains métaux, a indiqué mercredi 8 mai la Maison-Blanche, citant un décret de Donald Trump.

    «J'ai signé aujourd'hui un décret imposant des sanctions contre les secteurs [de l'économie iranienne, ndlr] concernant le fer, l'acier, l'aluminium et le cuivre qui sont les principales sources de revenus tirés des exportations autres que le pétrole», a-t-il souligné.

    Cette annonce intervient alors que le Président iranien Hassan Rohani a adressé, plus tôt dans la journée, un courrier aux pays signataires du Plan d'action global commun (JCPOA) leur donnant 60 jours pour revenir à la table des négociations concernant les sanctions économiques. Sinon, Téhéran reprendra l'enrichissement de l'uranium.

    Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères, a déclaré que Téhéran se retirerait progressivement de l'accord sur le nucléaire iranien.

    «Nous placerons à l'ordre du jour la sortie du JPCOA et cette sortie sera effectuée par étapes», a-t-il indiqué sur son canal Telegram, cité par IRIB.

    L'Iran a annoncé le 8 mai qu'il cessait d'appliquer plusieurs points de l'accord, notamment ceux qui ont trait à ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi. Il a souligné qu'il ne se sentait plus lié par les limitations imposées par le document.

    En mai 2018, le Président Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, de même que le rétablissement des sanctions contre l'Iran, y compris celles qui touchent les pays commerçant avec Téhéran. Certaines de ces sanctions ont été rétablies le 7 août 2018, tandis que d'autres sont entrées en vigueur le 5 novembre dernier.

    Le 22 avril 2019, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, avait annoncé que Washington mettrait fin dès le 2 mai aux dérogations qui permettaient encore à certains pays, dont la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie et la Grèce, d'importer du brut iranien.

    Quel avenir pour l'accord nucléaire iranien?
    © Sputnik .
    Quel avenir pour l'accord nucléaire iranien?

    Lire aussi:

    Booba livre son récit de la récente fusillade ayant touché le tournage d’un clip
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    sanctions contre l'Iran, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Plan global d'action conjoint (JCPOA), engagements, eau lourde, métaux, obligations, exportations, enrichissement d'uranium, ministère français des Affaires étrangères, présidence américaine, Mike Pompeo, Donald Trump, Hassan Rohani, Abbas Araghchi, Téhéran, Italie, Turquie, Corée du Sud, Grèce, Iran, Chine, Japon, Paris, Inde, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik