Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Claude Juncker

    Juncker insulte les candidats «nationalistes» en prévision des élections européennes

    © AFP 2019 Patrick Hertzog
    International
    URL courte
    Elections européennes 2019 (32)
    45679
    S'abonner

    Alors que les élections européennes du 26 mai approchent, le président de la Commission européenne s’en est pris aux eurosceptiques en les qualifiant de «populistes» et de «nationalistes stupides», rapporte CNN.

    Dans une interview accordée à CNN, le président de la Commission européenne a qualifié les eurosceptiques de «nationalistes stupides».

    «Ces populistes, nationalistes, nationalistes stupides, ils sont amoureux de leur propre pays. Ils n'aiment pas ceux qui viennent de loin. J'aime ceux qui viennent de loin ... nous devons agir solidairement avec ceux qui se trouvent dans une situation pire que celle dans laquelle nous nous trouvons», a déclaré M. Juncker à CNN.

    Il a fait savoir qu’il tenait compte de la menace que représentent les hommes politiques nationalistes pour la solidarité européenne, qu’il considère comme un «objectif majeur de l'UE».

    Jean-Claude Juncker avait précédemment appelé les Européens à «tourner le dos» aux radicaux de droite et avait expliqué quels partis pouvaient être considérés comme vraiment populaires. Selon lui, «vous êtes un parti populaire si vous obtenez 30% des suffrages et si votre résultat est inférieur, vous êtes un parti tout court».

    De l’avis des observateurs, il tentait de cette façon de convaincre les électeurs de voter pour le Parti populaire européen qu’il représente. 

    Le Parlement européen est l’unique institution élective de l’Union européenne.

    Les environ 430 millions d’habitants qui y vivent, y compris au Royaume-Uni, ont à élire 751 députés européens.

    Dossier:
    Elections européennes 2019 (32)
    Tags:
    Parti populaire européen (PPE), populistes, nationalistes, eurosceptiques, élections européennes 2019, Jean-Claude Juncker
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik