Ecoutez Radio Sputnik
    Dollars

    Le «point le plus vulnérable» pour attaquer les USA indiqué par un général des Gardiens de la révolution

    CC0 / Pixabay/pasja1000
    International
    URL courte
    20861

    Un haut gradé iranien a appelé le peuple «à brûler le dollar américain dans les rues». Selon lui, cette action portera un coup au «point le plus vulnérable» de ce qui fait la puissance des États-Unis dans l’économie mondiale.

    Lors de la réunion des cadres de l’organisation de la Défense passive iranienne, Gholam Reza Jalali, son commandant, a appelé le peuple à «brûler le dollar américain dans les rues» pour défier les États-Unis, selon l’agence de presse ISNA.

    «Si cela se produisait en Iran: que le peuple brûle le dollar américain dans les rues et se concentre sur le renforcement de la devise nationale, ce mouvement constituerait une attaque globale sur le point le plus vulnérable de l’ennemi», a-t-il déclaré.

    Selon le responsable «la Chine, la Russie, la Turquie, l'Iran et de nombreux pays orientaux veulent sortir le dollar des transactions financières». Il a par ailleurs souligné: «les Américains savent que si un consensus international pour retirer le dollar des transactions financières s’établissait, ils perdraient alors le plus important outil de ce qui fait leur puissance dans l'économie» mondiale.

    Dans le même cadre, s’exprimant sur les sanctions américaines contre les exportations de pétrole iranien, M.Jalali a rappelé que «de nombreux économistes estim[aient] qu’un prix de pétrole variant entre 100 et 120 dollars le baril mettra[it] fin aux sanctions contre l'Iran». «Car les Américains et les Européens ne pourraient pas se permettre un tel prix de l’or noir», a-t-il ajouté.

    Les tensions américano-iraniennes sont montées d'un cran suite à la décision des États-Unis de reconnaître les Gardiens de la révolution islamique comme organisation terroriste. Le Conseil suprême iranien de sécurité nationale a à son tour qualifié le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) d'organisation terroriste et les États-Unis d'«État sponsor du terrorisme». Les États-Unis ont par la suite déployé au Moyen-Orient un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, ainsi qu'un porte-avions.

    Ces derniers temps, Washington a aussi durci les sanctions contre Téhéran. Fin avril, la Maison-Blanche a annoncé qu'à partir du 2 mai il n'y aurait pas d'exemption pour les importateurs de pétrole iranien.

    Par la suite, l'Iran a affirmé le 8 mai qu'il cessait d'appliquer plusieurs points du Plan d'action global commun (JCPOA), notamment ceux ayant trait à ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi. Il a souligné qu'il ne se sentait plus lié par les limitations imposées par le document.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    pétrodollars, dollar US, pétrole, sanctions, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik