International
URL courte
4270
S'abonner

Les Suisses se sont prononcés le 19 mai lors d’un référendum en faveur d’une réforme fiscale abolissant les privilèges fiscaux des multinationales offshore jugées trop avantageuses par les Européens par rapport aux entreprises nationales.

Dimanche 19 mai, lors d‘un référendum, les Suisses ont dit «oui» à 66,4% à l'abolition des privilèges fiscaux des multinationales offshore dont ont profité 24.000 sociétés étrangères basées dans le pays.

L'Union européenne et  l'OCDE considéraient leurs avantages excessifs par rapport à ceux des entreprises nationales. En effet, les multinationales bénéficiaient d'une taxation allant de 8% à 12%, quand les entreprises locales devaient s'acquitter de presque du double.

En cas du refus d'adoption d'une telle mesure, la Suisse risquait de passer de la liste grise à la liste noire des pays non-coopératifs, faisant ainsi peser une certaine incertitude sur le futur des entreprises dans le pays par crainte de répressions qui auraient pu s'accompagner de pertes d'emplois et de recettes fiscales.

Désormais, toutes les entreprises suisses, petites ou grandes, seront imposées de manière équitable. Cependant, chaque canton a maintenant le devoir de mettre en place cette réforme.

Bien que le manque à gagner soit estimé à 1,8 milliard d'euros, les Suisses espèrent recevoir certaines compensations, comme les dividendes.

Lire aussi:

Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
Des scientifiques désignent les «responsables» de la propagation de la pandémie de Covid-19
«Le confinement a tué mon père», déclare Elie Semoun en colère
Attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo: deux blessés, le suspect principal arrêté
Tags:
société offshore, économie, entreprise, argent, impôt, référendum, OCDE, Union européenne (UE), Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook