Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    Le Guyana pourrait devenir «l'arme secrète» des États-Unis contre le Venezuela

    © AP Photo / Hasan Jamali, File
    International
    URL courte
    7444

    Le géant ExxonMobil affirme avoir découvert en 2015 d'importants gisements de pétrole sur le plateau continental du Guyana, avec des réserves de plus de 5,5 milliards de barils. Une spécialiste a évoqué pour Sputnik l'avenir de ce pays d'Amérique latine, ainsi que la situation du Venezuela dans ce contexte.

    Aujourd'hui, le Guyana est le deuxième pays le plus pauvre de la région. Mais selon certaines estimations, il pourrait devenir dans ces prochaines décennies l'un des plus gros producteurs de pétrole par habitant au monde. Cependant, l'existence de ressources n'est pas toujours synonyme de prospérité économique.

    «Ce petit pays des Caraïbes pourrait n'être qu'une nouvelle pièce du puzzle assemblé dans la région par les États-Unis», a déclaré à Sputnik Tamara Lajtman, experte du Centre latino-américain stratégique de géopolitique (CELAG).

    L'histoire des relations des États-Unis avec les pays d'Amérique latine et des Caraïbes semble indiquer que ce sont les multinationales américaines qui tireront les principaux avantages de cette découverte, a-t-elle noté.

    Guyana vs Venezuela

    Tamara Lajtman a cité notamment des experts américains qui estiment que le Guyana pourrait devenir «une arme secrète» contre le pétrole vénézuélien. Ainsi, Washington pourrait remplacer le brut vénézuélien par celui d'un fournisseur beaucoup plus fiable, selon eux.

    À la fin de l'année dernière, l'American Security Project (ASP) a organisé une conférence intitulée Guyana: mettre en place une sécurité durable. L'organisation s'occupe de l'étude des «problèmes de sécurité nationale» et son conseil d'administration comprend notamment l'ancien secrétaire d'État américain John Kerry ou l'ex-secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel. Parmi les participants, il y avait notamment le vice-amiral Kevin Green, ancien chef du SOUTHCOM (commandement Sud des États-Unis), a précisé la spécialiste du CELAG.

    La rencontre a donné lieu à un document qui recommande aux politiciens américains d'établir une relation plus étroite avec le Guyana afin de garantir sa sécurité à long terme et qui affirme que, sur fond de la crise au Venezuela, un Guyana prospère en développement pourrait devenir un axe de stabilité dans les Caraïbes.

    Selon la société américaine du renseignement Stratfor, certaines grandes sociétés pétrolières américaines ont d'ores et déjà commencé des travaux d'extraction au Guyana. Cependant, même si les revenus du gouvernement guyanais augmenteront, la majeure partie du pays ne ressentira pas les avantages économiques du pétrole, étant donné que les emplois dans le secteur sont principalement destinés aux étrangers, a souligné Tamara Lajtman.

    Présence militaire

    Début mai, le SOUTHCOM a entamé des exercices, New Horizons, au Guyana. Selon l'ASP, ces manœuvres sont effectuées au moment où «le Guyana se trouve au centre de la géopolitique régionale».

    Il y a deux raisons à cela: la crise au Venezuela voisin et l'avenir énergétique du pays caribéen, a fait remarquer Tamara Lajtman. La situation s'aggrave du fait d'un différend territorial entre Caracas et Georgetown au sujet de l'Essequibo, une zone de quelque 160.000 kilomètres carrés dont le Venezuela revendique la souveraineté depuis des siècles. Or, les États-Unis y voient une menace pour les opérations de forage près de la frontière maritime entre les deux pays.

    Aspect économique

    Pendant des décennies, le Guyana était considéré comme une plaque tournante du trafic de cocaïne qui transitait depuis la Colombie à destination des États-Unis. Dans ce contexte, le gouvernement a mis en œuvre différents programmes d'assistance à la lutte antidrogue et a approuvé des lois contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, ainsi qu'en matière d'extradition. Avec l'augmentation des revenus pétroliers, il serait possible de faire davantage dans ce domaine, a noté l'experte.

    En juillet 2018, le Guyana a rejoint l'Initiative route et ceinture de la Chine, qui prévoit des investissements dans la construction de ports et d'axes routiers. C'est le plus grand projet jamais réalisé dans le pays, qui revêt une importance géostratégique importante dans la mesure où il pourrait réduire les temps de transport des chargements vers le nord du Brésil, le principal partenaire commercial de la Chine dans la région, et permettrait d'atteindre plus rapidement le canal de Panama.

    Tamara Lajtman a également souligné que la société pétrogazière chinoise CNOOC détenait 25% du bloc d'actions Starbroek d'ExxonMobil.

    Le Président vénézuélien Nicolas Maduro avait déclaré fin décembre dernier qu'il existait un plan visant à affaiblir le Venezuela, notamment avec des navires de la société pétrolière ExxonMobil qui seraient entrés dans les eaux territoriales de cet État sud-américain. Après l'incident, Georgetown a annoncé qu'il ne s'agissait que d'un seul navire qui n'aurait pas violé les frontières et était resté en zone guyanienne.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    différend, route, port, trafic de drogue, terrorisme, blanchiment d'argent, forage, crise, exercices militaires, emploi, sécurité, pétrole, ASP, ExxonMobil, Stratfor, Centre stratégique latino-américain de géopolitique (CELAG), Sputnik, Nicolas Maduro, Chuck Hagel, John Kerry, Chine, Brésil, Colombie, Essequibo, Georgetown, Caracas, Amérique latine, Caraïbes, Venezuela, Guyana, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik