Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Des images de Julian Assange depuis sa prison fuitées en ligne

    © Sputnik . Alex McNaughton
    International
    URL courte
    Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (90)
    3227
    S'abonner

    Des photographies montrant vraisemblablement Julian Assange, détenu actuellement dans la prison de Belmarsh, ont été révélées et diffusées par le site Gateway Pundit. Le média précise que les clichés du fondateur de WikiLeaks ont été pris par un codétenu, qui a voulu garder l’anonymat.

    Des clichés d’un individu ressemblant fortement à Julian Assange, qui est détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, ont été publiés par le média Gateway Pundit. Selon toute apparence, le fondateur de WikiLeaks, avec sa coupe soignée et sa barbe coupée, est en train de discuter avec quelqu’un.

    Le détenu, auteur des clichés, qui a décidé de rester anonyme, a déclaré au média que l’emprisonnement n’avait pas été bénéfique pour la santé d'Assange. La publication parle d’une «perte de poids considérable» du fondateur de WikiLeaks contrastant avec sa corpulence à l'ambassade équatorienne.

    ​Le détenu qui a pris ces photos dans la prison a affirmé que Julian Assange avait suscité «les plus grands scandales du monde», c’est pourquoi il estime la condamnation de ce dernier comme injuste.

    Julian Assange, 47 ans, a été arrêté le 11 avril à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il s’était réfugié il y a sept ans, à la suite d'une demande d'extradition des États-Unis.

    Il a été condamné début mai à près d'un an de prison par la justice britannique pour violation des termes de sa liberté conditionnelle lorsqu'il s'était réfugié à l'ambassade d'Équateur en 2012. Si Julian Assange est reconnu coupable, il risque aux États-Unis une peine cumulée de 175 ans de prison.

    Dossier:
    Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (90)
    Tags:
    WikiLeaks, détenus, prison, photographie, Julian Assange
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik