International
URL courte
191356
S'abonner

Suite à l’échec de la fusion de Fiat-Chrysler avec Renault, le constructeur italo-américain a invoqué «des raisons politiques», ce qui a poussé le vice-Président du Conseil italien et ministre de l’Industrie, Luigi Di Maio, à attaquer le gouvernement français.

Luigi Di Maio a attribué l’échec du mariage entre Fiat-Chrysler et Renault à la France. S’exprimant vendredi 7 juin sur Radio 24, le vice-Président du Conseil italien a déploré l’ingérence de l’État français.

«L'ingérence de l'État a provoqué l'échec du projet, ce que Renault n'a pas apprécié. C'était une opération qui aurait pu être bénéfique à l'Italie et aux Italiens», a déploré le ministre. «Je pense que la France n'a pas fait bonne figure dans ce projet qui était une opération de marché pour laquelle nous avons fait preuve de respect. Et même si nous sommes en contact avec Fiat-Chrysler et ses dirigeants, nous avons fait preuve de respect pour le groupe et pour les négociations.»

Le constructeur Fiat-Chrysler (FCA) a retiré sa proposition de fusion avec Renault, qui les aurait propulsés numéro 3 mondial de l'automobile, faute d'obtenir un engagement rapide du groupe français, freiné par l'État actionnaire.

Celui-ci, principal actionnaire de Renault avec 15% du capital, a aussi cherché à obtenir des garanties sur l'emploi en France et le versement de dividendes aux actionnaires, ont déclaré des sources informées des discussions.

Après l'échec des négociations entre le groupe au losange et son concurrent Fiat-Chrysler, le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire a déclaré que l’État était prêt à réduire sa part dans Renault.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée est visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Le ministre grec de la Défense n'exclut pas un conflit militaire avec la Turquie
Tags:
Luigi di Maio, Renault Group, Chrysler, Fiat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook