Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats britanniques

    Après une pique à l’Iran, la Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d’Oman?

    © AFP 2019 Maurice McDonald
    International
    URL courte
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (31)
    40375

    Les militaires de la Royal Navy ont été déployés dans le golfe d'Oman à la suite d'un incident au cours duquel deux pétroliers ont été pris pour cible près du détroit d'Ormuz le 13 juin, a annoncé le Daily Star en citant des sources anonymes.

    Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a jugé vendredi 14 juin «presque certain» que l'Iran était derrière les attaques des pétroliers en mer d'Oman, malgré les dénégations de Téhéran, et a appelé l'Iran a cesser toute «activité déstabilisatrice». Le lendemain, le tabloïd Daily Star a annoncé le déploiement de fusiliers marins britanniques dans le golfe d’Oman.

    Ces troupes seraient censées assurer la sécurité des navires britanniques en localisant des «vaisseaux d'attaque rapide iraniens» et en les «éliminant» si nécessaire.

    «Nous avons des fusiliers marins dans la région pour des opérations antipirates et antiterroristes depuis un certain temps. Si la situation actuelle se dégrade, je prévois que davantage de personnel sera déployé pour renforcer l'opération», a déclaré le tabloïd en citant une source.

    Selon ce dernier, les militaires seront équipés de fusils de précision et de mitrailleuses légères, mais ils ont reçu pour instruction de ne les utiliser qu'en dernier recours.

    Environ 120 soldats d’une unité de la Royal Marines 3 Commando se dirigent vers Bahreïn dans le cadre de cette opération. Ils ont été surnommés le Groupe de travail spécial 19, d’après le Daily Star.

    Le ministère de la Défense n'a pas encore commenté ces informations.

    Alors que le gouvernement britannique alimente la version américaine des faits en pointant du doigt l’Iran pour les attaques menées contre les bateaux, le PDG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous a réfuté leur version des événements, déclarant que l’équipage avait vu un tir peu avant l'explosion.

    Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna.

    Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées. La Navy a publié jeudi 13 juin une vidéo très floue, où selon les responsables américains on peut voir un équipage iranien retirer après coup une mine «limpet» qui était posée sur la coque mais n’a pas explosé. L’Iran assure que son équipage était là pour porter secours au pétrolier.

    Dossier:
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (31)

    Lire aussi:

    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un Guinéen est mort le soir de la finale de la CAN après une altercation imputée à un Algérien
    Tags:
    navires, militaires, mer d'Oman, Royal Navy (Royaume-Uni), Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik