International
URL courte
151126
S'abonner

L'ex-Président égyptien, Mohamed Morsi, qui avait été condamné en 2017 pour «outrage à la magistrature», est décédé alors qu’il se présentait devant le tribunal, a annoncé la télévision d’État.

Mohamed Morsi, l’ex-Président égyptien renversé en 2013 et âgé de 67 ans, est décédé lors d’une comparution au tribunal, a indiqué la télévision d'État ce lundi 17 juin. Il a été victime d'un malaise pendant une audience au tribunal pour espionnage.

«Le tribunal lui a accordé le droit de parler pendant cinq minutes... Il est tombé sur le sol dans la cage des accusés... et a été immédiatement transporté à l'hôpital», où il est décédé, est-il dit dans un communiqué du parquet général égyptien.

«Il est arrivé à l'hôpital à exactement 16h50 et il n'y avait pas de nouvelles blessures visibles sur le corps», a précisé le parquet général.

Interrogé par l'AFP, l'un de ses avocats, Abdelmoneim Abdel Maksoud, a déclaré: «nous n'avons même pas pu le voir au tribunal à cause des parois de verre blindé (du box) insonorisé. Mais d'autres détenus nous ont fait signe qu'il n'avait plus de pouls».

«Je l'ai vu emporté sur une civière dans le complexe judiciaire» de la prison de Tora, a-t-il ajouté. Dans un message posté sur Facebook, Ahmed, le fils de M. Morsi a confirmé la mort du président déchu. 

L'ancien Président, en détention depuis juillet 2013, comparaissait lundi dans la cage réservée aux accusés à l'intérieur du complexe pénitentiaire de Tora dans le sud du Caire.

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a honoré la mémoire de l'ancien chef de l'État en le qualifiant de «martyr». L'émir du Qatar cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani a exprimé ses condoléances à l'Égypte:

«Nous avons reçu avec une profonde tristesse la nouvelle de la mort subite de l'ancien Président Mohammed Morsi. J'adresse mes condoléances fraternelles à sa famille et au peuple égyptien», a écrit l'émir sur Twitter.

Issu des Frères musulmans*, il avait accédé au pouvoir le 24 juin 2012, remportant l’élection face à Ahmed Chafik, ex-Premier ministre sous la présidence de Hosni Moubarak.

En juillet 2013, l’armée égyptienne a écarté du pouvoir Mohamed Morsi, élu à la tête du pays en juin 2012, et a annoncé la mise en place d’une période de transition. Les partisans du Président déchu ont organisé de nombreuses manifestations pour obtenir son retour au pouvoir. Les troubles et les affrontements ont alors fait des centaines de victimes.

Depuis sa destitution, Mohamed Morsi a fait objet de plusieurs enquêtes pénales, dont celles pour avoir fomenté des affrontements entre ses partisans et ses adversaires devant le palais présidentiel en 2012, pour espionnage au profit du Qatar et du mouvement palestinien Hamas, pour son évasion de prison pendant les troubles de 2011 et pour outrage à la magistrature.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
La France presse le FMI d'examiner le rapport sur sa directrice générale
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
Mohamed Morsi, décès, Egypte, tribunal, malaise
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook