Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires du Corps corps des Gardiens de la révolution islamique à Téhéran, archives

    Poutine évalue les possibles conséquences d'une guerre impliquant l'Iran

    © Sputnik . Andreï Sténine
    International
    URL courte
    Ligne directe avec Vladimir Poutine (2019) (4)
    161485

    Un conflit militaire opposant Téhéran à Washington serait une catastrophe pour le Proche-Orient car il pourrait déboucher sur une nouvelle vague de violences et engendrer un nouveau flux de migrants, a estimé le 20 juin Vladimir Poutine lors de sa session annuelle de questions-réponses.

    Répondant ce 20 juin, lors de sa Ligne directe, à une question posée sur les réseaux sociaux visant à savoir s’il fallait s’attendre à une guerre entre les États-Unis et l’Iran, le Président russe a expliqué qu’un tel conflit se transformerait en véritable catastrophe pour le Proche-Orient.

    «Nous ne le savons pas et nous ne le souhaitons pas. Mais aux États-Unis on annonce que la possibilité de recourir aux armes n'est pas exclue. Je veux le dire aujourd'hui: cela serait une catastrophe pour la région, car cela mènerait à une vague de violences et, peut-être, à une augmentation du nombre de réfugiés venant de cette région», a précisé le Président.

    Et d’ajouter que toutes les parties subiraient, en cas de conflit, de tristes conséquences.

    «Il est très difficile d’anticiper ce qui se produirait en cas de recours à la force militaire», a ajouté le Président russe.

    Il a rappelé que l’Iran était un pays chiite et que même dans le monde musulman, les Iraniens étaient considérés comme des gens capables d’aller jusqu’à l’extrême pour défendre leur pays.

    «Nous ne voudrions pas que les événements prennent une telle tournure», a résumé le Président.

    Il a en outre rappelé que la République islamique appliquait l'ensemble de ses engagements envers l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), si bien que les sanctions américaines la visant étaient infondées.

    Les tensions sont montées d'un cran entre Washington et Téhéran depuis l'annonce faite par Donald Trump du retrait des États-Unis de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

    Dans ce contexte, les craintes d'une confrontation directe se sont accrues la semaine dernière lorsque deux pétroliers ont été attaqués dans le golfe d'Oman, près du détroit d'Ormuz.

    Les États-Unis accusent les autorités iraniennes d'en être responsables, ce qu'elles nient.

    Le 20 juin, les Gardiens de la révolution iranienne ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui «était entré dans l'espace aérien iranien» dans la province d'Hormozgan, qui borde le détroit d'Ormuz. Un responsable US a confirmé l’attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l’espace international.

     

    Dossier:
    Ligne directe avec Vladimir Poutine (2019) (4)

    Lire aussi:

    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    «On a pris Paris plus vite que les Allemands»: des supporters algériens exultent – vidéo
    «Cela ne ressemble pas à une blague»: Zineb El Rhazoui face aux propos d’une humoriste sur la supériorité des Algériens
    Tags:
    Vladimir Poutine, conflit, États-Unis, guerre, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik