Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Londres suspend temporairement ses ventes d’armes à Riyad

    CC0 / Pixabay/12019
    International
    URL courte
    6130

    Pour un temps, le Royaume-Uni ne signera plus avec l’Arabie saoudite de nouveaux contrats d’armement pouvant être utilisés au Yémen. Cette décision du gouvernement britannique fait suite au jugement de la cour d’appel de Londres.

    La cour d’appel de Londres a estimé jeudi 20 juin que les ventes, à l’Arabie saoudite, d’armes susceptibles d’être utilisées au Yémen étaient entachées d’une «erreur de droit», dans le contexte de la guerre qui dure depuis près de cinq ans dans ce pays. Aussi, Londres ne signera-t-il plus avec Riyad de nouveaux contrats d’armement, annoncent les médias internationaux.

    «Nous ne sommes pas d’accord avec ce jugement et demanderons l’autorisation d’interjeter appel», a immédiatement réagi devant le parlement le ministre britannique du Commerce international, Liam Fox.

    Il a toutefois précisé:

    «D’ici là, nous n’accorderons pas de nouvelles licences [de ventes d’armes, ndlr] à l’Arabie saoudite et à ses partenaires de la coalition, armes qui pourraient être utilisées dans le conflit au Yémen».

    Plus tôt dans la matinée, la cour d’appel de Londres a demandé au gouvernement de «reconsidérer la question» des ventes d’armes.

    Celui-ci «n’a pas évalué si la coalition dirigée par les Saoudiens avait commis des violations du droit international humanitaire par le passé, pendant le conflit au Yémen, et n’a fait aucune tentative pour le faire», a constaté Terence Etherton, président de la division civile de la cour d’appel.

    La décision judiciaire n’oblige cependant pas l’exécutif à suspendre la signature de nouveau contrats.

    Les Nations unies considèrent le conflit au Yémen, qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, dont des milliers de civils, comme la plus grave crise humanitaire actuelle dans le monde.

    Le Royaume-Uni est le sixième plus gros vendeur d'armes au monde, après les États-Unis, la Russie, la France, l'Allemagne et la Chine, selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). L'Arabie saoudite a représenté 43% des ventes d'armes britanniques au cours de la dernière décennie.

    Lire aussi:

    Un incident entre un avion américain et un Su-30 vénézuélien au-dessus des Caraïbes – vidéos
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Tags:
    conflit, coalition, ventes d'armes, Yémen, Arabie Saoudite, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik