International
URL courte
6934
S'abonner

Après avoir bombardé, ce jeudi 27 juin, les positions de l’armée syrienne en réponse à une attaque contre son poste d’observation pour laquelle Ankara accuse Damas, l’armée turque a commencé à transférer des unités des forces d'opérations spéciales et du matériel militaire à sa frontière avec la Syrie, a rapporté l'agence de presse Anadolu.

Une colonne de véhicules blindés et des unités des forces spéciales turques sont arrivées dans les villes de Reyhanli et Kirikhan, dans la province de Hatay, à la frontière avec la Syrie, informe l’agence de presse turque Anadolu qui précise que, par cette mesure, Ankara renforce ses troupes dans la zone en question.

Cette nouvelle a été annoncée après que l’armée turque a visé les positions syriennes ce jeudi 27 juin pour ainsi riposter à une frappe contre son poste d’observation dans la zone de désescalade d’Idlib qui, selon Ankara, a tué un soldat turc et en a blessé trois autres et a été menée depuis les territoires contrôlés par l’armée syrienne.

Plus tôt dans la journée, Reuters a rapporté que l’attaché militaire russe avait été convoqué le 27 juin au soir par l’état-major turc. Il a alors été informé que la Turquie riposterait à toute attaque contre ses militaires dans la zone de désescalade. L’ambassade de Russie à Ankara n’a pas commenté ces informations.

La Turquie possède 12 postes d’observation dans la zone de désescalade d’Idlib, créée en septembre 2017 à la suite d’un accord entre Moscou, Ankara et Téhéran.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
«Nicole Belloubet a menti»: Montpellier porte plainte contre la garde des Sceaux
La consommation de cette huile pourrait modifier génétiquement votre cerveau
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik