Ecoutez Radio Sputnik
    Marine iranienne dans le détroit d'Ormuz

    L’Algérie livre les détails de la rétention de son pétrolier par l’Iran

    © AFP 2019 Ebrahim Noroozi
    International
    URL courte
    1511618

    L’entreprise publique algérienne Sonatrach a fait savoir que l’Iran avait contraint le pétrolier Mesdar de la société à mettre le cap vers ses eaux territoriales.

    Le tanker Mesdar, retenu vendredi 19 juillet par les garde-côtes iraniens, appartient au groupe public algérien Sonatrach et se dirigeait vers l’Arabie Saoudite, rapporte l’agence Algérie Presse Service, citant un communiqué de la société.

    Selon ses informations, le pétrolier «a été contraint de mettre le cap vers les eaux territoriales iraniennes, par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d’Ormuz».

    «Le navire se dirigeait, en fait, vers Tanura pour charger du pétrole brut pour le compte de la compagnie chinoise UNIPEC», ajoute le groupe.

    Toujours d’après Sonatrach, une cellule de suivi a été mise en place entre les départements ministériels de l’Énergie et des Affaires étrangères «jusqu'au dénouement de cette affaire», dans laquelle «aucun incident humain ou matériel n’a été enregistré».

    Arrestation d’un pétrolier britannique

    Le Corps des Gardiens de la révolution islamique a annoncé le 19 juillet avoir arraisonné le tanker Stena Impero battant pavillon britannique pour «non-respect du code maritime». Le navire a ensuite été emmené au port de Bandar Abbas (sud), selon les autorités portuaires.

    Le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, a déclaré sur Twitter que le pétrolier avait été arraisonné «en claire violation du droit international». Dans le même temps, il a souligné que Londres souhaitait un «apaisement» des tensions avec Téhéran.

    Un tanker iranien toujours détenu à Gibraltar

    La saisie du pétrolier britannique est survenue quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar de prolonger de 30 jours la détention d’un tanker iranien, arraisonné le 4 juillet, et soupçonné de vouloir livrer du brut à la Syrie, en violation des sanctions européennes contre Damas.

    Téhéran, qui a rejeté cette accusation, a pour sa part promis de riposter à cet «acte de piraterie» de la part des autorités du territoire britannique.

    Lire aussi:

    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Tags:
    MV Mesdar (pétrolier), Royaume-Uni, Algérie, Sonatrach, arraisonnement, pétrolier, Iran, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik