International
URL courte
11657
S'abonner

Du Groenland à la Sibérie, l’Arctique est en proie à des incendies sans précédent qui provoquent de lourdes émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Après un mois de juin exceptionnellement chaud et sec, l’Arctique est en proie à des incendies géants, visibles depuis l’espace. Comme l’on peut le voir sur ces images satellites, de vastes tourbillons de flammes et de fumée évoluent du Groenland à la Sibérie:

Plus d’une centaine de feux de forêt ont éclaté dans le cercle polaire arctique depuis début juin, d’après les calculs des climatologues.

Bien que les incendies naturels ne soient pas rares en Arctique, ils se sont aggravés ces dernières années, explique l’Organisation météorologique mondiale qui qualifie ceux de 2019 de «sans précédent».

Entre le 1er juin et le 21 juillet, les sinistres en Arctique auraient provoqué l’émission de 100 mégatonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Selon un communiqué du service européen de Surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS), en Alaska et en Sibérie, certains incendies ont couvert «une zone équivalente à près de 100.000 terrains de foot».

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
émissions, réchauffement climatique, incendie de forêt, Groenland, Arctique, Sibérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook