International
URL courte
21661
S'abonner

Le Trésor américain a inscrit sur la liste des personnes sanctionnées le chef de la diplomatie iranienne. Réagissant à cette décision, ce dernier a estimé que Washington voyait en lui une menace pour les États-Unis.

Les autorités américaines ont inscrit le nom du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Djavad Zarif, sur la liste personnes sanctionnées.

«Les personnes suivantes ont été incluses dans la liste des individus d'une catégorie spéciale [passibles de sanctions, ndlr] du département de contrôle des avoirs étrangers: Zarif Mohammad Javad [...]», indique le site du Trésor des États-Unis.

Cité par Reuters, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a déclaré que cette décision de Trump était justifiée par le fait que Zarif a aidé à mettre en œuvre «la politique imprudente du guide suprême de l'Iran et est le premier porte-parole du régime dans le monde».

La porte-parole de l’administration américaine a en outre déclaré ce mercredi 31 juillet aux journalistes qu’en cas de contacts officiels avec l’Iran, Washington mènerait des négociations avec quelqu’un d'important et capable de prendre des décisions, précisant que Zarif n’était pas le principal interlocuteur de Washington.

Réaction du ministre

Suite à l’apparition de ces informations, M.Zarif a déclaré que les sanctions ont été introduites à son encontre car les États-Unis voient en lui une menace.

«La raison pour laquelle les États-Unis s'en prennent à moi est que je suis le "premier porte-parole de l'Iran à travers le monde" », a-t-il indiqué sur Twitter, ajoutant que ni lui, ni sa famille n’aveint aucun bien ni intérêt en dehors des frontières iraniennes.

«Merci de me considérer comme une telle menace pour votre agenda», a-t-il encore indiqué.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»
Tags:
sanctions, Mohammad Javad Zarif, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook