Ecoutez Radio Sputnik
    Lekima, typhon dévastateur en Chine

    Quelque 12,8 millions de personnes touchées par un typhon dévastateur en Chine - images

    © AP Photo / Anonymous
    International
    URL courte
    0 09

    Lekima, typhon meurtrier et dévastateur, a touché plus de 12,8 millions de personnes de neuf régions, après que la tempête a frappé la Chine le week-end dernier, a annoncé le ministère de la Gestion des urgences, selon la presse locale.

    Quelque 2 millions de personnes ont été évacuées des provinces du Zhejiang, du Jiangsu, du Shandong, de l'Anhui, du Fujian, du Hebei, du Liaoning et du Jilin, ainsi que de la municipalité de Shanghai, a annoncé mardi 13 août le ministère de la Gestion des urgences, cité par l'agence de presse Xinhua.

    Près de 13 millions de personnes ont été affectées par le typhon, selon un bilan établi mardi à 16h00, a précisé le ministère.

    Environ 13.000 maisons se seraient effondrées, quand 119.000 auraient été endommagées.

    Le bilan du nombre de victimes provoquées par le typhon Lekima dans l'est de la Chine est passé à 49 morts et 21 disparus mardi, trois jours après l'arrivée de la dépression sur les côtes de la Chine continentale.

    Le typhon le plus puissant de la saison

    Repassant au dessus de la mer de Chine orientale, le typhon a frappé la presqu'île du Shandong, entre Shanghai et Pékin, faisant cinq morts et sept disparus. La ville de Weifang, de la province éponyme, n'avait pas enregistré de telles précipitations depuis le début des relevés hydrologiques en 1952, selon l'agence de presse officielle.

    Dans tout le pays, les dégâts sont évalués pour l'heure à 26 milliards de yuans (3,3 milliards d'euros).

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    typhon, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik