Ecoutez Radio Sputnik
    Bananes

    Maladie de Panama: 95% des exportations mondiales de bananes menacées

    © RIA Novosti . Sergey Subbotin
    International
    URL courte
    Par
    101047
    S'abonner

    Les efforts pour la garder loin des côtes américaines auront été vains. Fusarium TR4 (pour Tropical Race 4), une souche particulièrement virulente de la fusariose du bananier -une maladie fongique- a finalement posé le pied sur le continent sud-américain. Le 8 août, les autorités colombiennes décrétaient l’état d’urgence après confirmation de la présence du TR4 dans des bananeraies de la Guajira, un département côtier du nord du pays, ouvrant sur la mer des Caraïbes.

    «Une fois que vous le voyez, il est trop tard, et il s’est probablement déjà répandu à l’extérieur de cette zone sans être reconnu», déclare à National Geographic Gert Kema, professeur de phytopathologie tropicale à l’université de Wageningen aux Pays-Bas, qui a participé à l’analyse des échantillons de sol colombien qui ont révélé la présence du champignon.

    Se développant dans la terre, ce champignon remonte ensuite par les racines de la plante, qui dépérit en l’espace de deux à neuf mois. Pour la première fois observé en Australie, cette affection fut néanmoins baptisée «maladie de Panama» lorsqu’elle commença à y ravager les bananeraies. Autre nom connu de ce champignon tueur de bananiers, «jaunisse fusarienne», en raison du jaunissement des feuilles qu’il provoque en obstruant le système vasculaire des plantes infectées.

    Extinction planétaire: une répétition de l’histoire

    Mais il s’agissait alors d’une autre souche (TR1) de la fusariose du bananier, qui jusque dans les années 60, décima, à l’échelle planétaire, les bananeraies de «Gros Michel». Cette variété de bananes, à l’époque omniprésente car facilement exportable, n’est aujourd’hui plus cultivée que dans de rares territoires épargnés par la pandémie, telle que l'île de Sainte-Lucie aux Antilles ou la région centrale de la République du Congo.

    Cet épisode pandémique marqua l’avènement de bananes résistantes au fameux champignon: la Cavendish, que nous connaissons tous aujourd’hui, cette variété domestiquée jaune vif et sucrée étant de loin la plus exportée au monde. Digne héritière de la Gros Michel auprès des industriels du secteur, la Cavendish représente 99% des exportations mondiales de bananes.

    Mais, à l’été 1989, une compatibilité entre les bananiers Cavendish et une mutation du champignon (TR4) fut observée dans le sol d’exploitations à Taïwan. En 1992, le nouveau pathogène fut détecté en Indonésie et Malaisie, avant de s’étendre au reste de l’Asie du sud-est, d’atteindre l’Australie, puis le Moyen-Orient et l’Afrique plus récemment (le Mozambique, en 2013).

    Partout où TR4 s’installe, les bananeraies sont décimées, tant celles de Cavendish que d’autres espèces du même sous-groupe génétique, faisant cesser toute culture commerciale. Toutefois, «le pire» restait jusqu’à présent «évitable» car le premier producteur mondial qu’est le continent sud-américain (environ 95% des exportations mondiales de bananes) demeurait épargné.

    400 millions de personnes impactées dans les pays en voie de développement

    Depuis des années, cette sanctuarisation du «vaisseau mère» de la production mondiale de bananes faisait figure de sursis. Un sursis devant être mis à contribution afin de «réinventer» génétiquement la banane. Car la dangerosité du champignon -quelle que soit sa souche- pour les  bananiers à travers le monde, est favorisée par le manque de diversité génétique de ces derniers. Une conséquence tant de la monoculture que de leur mode de reproduction. En effet le bananier Cavendish, dit «stérile» à cause de ses fruits démunis de tout pépin, recoure à la multiplication végétative. Via des «rejets» la plante se clone naturellement, n’apportant ainsi aucune modification à son génotype.

    Fusarium TR4, est «l’une des maladies les plus destructrices» pour les bananes selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), l’agence onusienne dédiée à l’alimentation et l’agriculture qui avait fait de la lutte contre cette nouvelle souche du champignon «une priorité». Selon l’agence, celui-ci risque ni plus ni moins «de décimer l’ensemble de la production mondiale de bananes» dont dépendent 400 millions de personnes. En effet, comme durant la première moitié du XXe siècle aucun traitement n’existe contre cet agent pathogène. Le seul moyen d’endiguer sa progression est d’isoler les plants contaminés et de les laisser dépérir. Pour autant le risque de contagion n’est pas écarté car, après la mort des bananiers, le champignon peut rester dormant près de trente ans dans la terre, rendant ainsi toute nouvelle culture impossible.

    Pour la FAO, l’une des mesures phares pour endiguer la maladie reste la sensibilisation des producteurs à cette dernière. En effet, aux côtés de l’eau d’irrigation des champs, chaussures et outils mal nettoyés de la terre contaminée –voire même des vêtements– figurent en bonne position des vecteurs de propagation de Fusarium TR4.

    Reste à savoir combien de temps encore les bananes «desserts», fruits populaires par excellence, continueront de garnir nos étals. En 2018, la Colombie a exporté pour plus de 866 millions de dollars de bananes, la plaçant au 6e rang mondial des pays exportateurs, juste derrière la Belgique qui fait office d’important hub en Europe. Avec une croissance de 22% entre 2014 et 2018, le marché français de la banane est l’un des plus prometteurs, la France étant actuellement  à la 9e place des pays importateurs.

    Culture hors sol des bananiers, recherche d’une hybridation résistante à cette nouvelle souche de la fusariose… des Pays-Bas à l’Australie on innove depuis des années face à la menace. Quoi qu’il en soit, que Fusarium TR4 soit finalement parvenu à atteindre les côtes américaines ne présage rien de bon, tant pour les amateurs de bananes que pour ceux qui en vivent.

    Lire aussi:

    Des affrontements à Nantes en marge de la manifestation contre la réforme des retraites - vidéo
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    La cause de l’incendie sur le porte-avions russe Amiral Kouznetsov révélée
    Tags:
    ONU, Amérique latine, Colombie, banane
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik